AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 NOAH - ‘‘ et c'est repartit pour un tour ... ’’

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
L. Castle Northwood
CAS So and what if you can see the darkest side of me ?
avatar

messages : 262
date d'inscription : 18/08/2007
âge du personnage : 27 ans.
crédits : © Red Shade.
pseudo : Red Shade.


EVERYTHING ABOUT ME.
groupe : SHADOW
pouvoir : Projection mentale et son sang.
address book
:

MessageSujet: NOAH - ‘‘ et c'est repartit pour un tour ... ’’   Sam 1 Mai - 0:07



Alors que je m'approchais, lentement et impassible, Noah a lançé sarcastiquement un « Quoi ? Tu vas m’embrasser ? » qui a presque faillit me faire stopper immédiatement ... Si je n'avais pas un semblant d'habitude pour cacher ce genre de surprise de temps à autres. Je ne sais pas d'où me provient cette chance inouïe dans mon caractère mais j'étais bien content qu'elle soit là car je n'aurai vraiment pas sut comment réagir au fait que j'aurais réagit. Et là, j'ai du mal à réagir à mon imbécilité profonde vis-à-vis de mes pensées idiotes. J'ai continué à avancer, l'air de rien, même si au fond, sa carburait. Il avait beau avoir lâché ça comme ça, ce n'était plus l'idée qui me manquait ... Et j'avais une terrible envie de me prendre le mur pendant que je pensais à ses lèvres. Sérieusement, il y avait d'autres priorités que ça et moi, je me laissais embarqué par mes pensées délirantes ... J'étais fou, c'est ça ? Et c'était de sa faute. Oui, c'est ça. Enfin, je rangeais ça dans un tiroir dans ma tête et le ferma à double tour ... Miux vaut prévenir que guérir. Je me suis arrêté vraiment près de lui, ce que je n'avais remarqué qu'à la dernière minute, et j'ai préssé sa blessure, sans ménagement. Je l'ai vu se plier en deux, visiblement ayant très mal ... Mince, j'aurais dû y aller plus doucement ? Peut-être n'aurait-il pas compris si tel avait été le cas ... Ouai, c'est ça, il aurait pas compris. « Argh espèce d’enfoiré ! » , l'entendis-je grogner. Il avait vraiment mal, et était très énervé en parallèle ... Il me sembla qu'il a soufflé fortement, une fois, avant de se redresser avec toutes le speines du monde ... J'ai vraiment eut honte là, je crois. J'avais vraiment envie de m'excuser, mais je n'ai rien fait. Je lui ait juste répété ce que je lui avais déjà dit ... Je pense que c'était le seul moyen qu'il comprenne le message qui était pourtant très clair.

« Tu crois vraiment que les âmes savent que j’ai un trou dans le ventre ? » , a-t-il demandé ... Moi ? j'ai simplement penché la tête sur le côté car je ne voyais vraiment pas où il voulait en venir ... C'était encore le coup du "je veux à tout pris placer ma remarque sarcastique" ? Ou quelque chose dans le même cru qui provenait de Noah ? Je l'ai vu s'activer, passer à côté de moi, me frôlant presque, sans me prêter la moindre attention. J'ai baisser les yeux sur le sol avant de souffler d'énervement. Noah était un mystère enveloppé dans une intrigue elle-même dans une charade. Noah était juste un paquet de charabia emballé jusqu'au cou qui m'intriguait énormément ... Du genre où vous vous énervez toutes les cinq secondes mais que vous êtes content de cet énervement car il ne vous laisse pas dans l'ennui ... Nan, vous voyez pas ? Tant pis. Un « Et puis, de toutes façons, j’aimerais bien voir comment tu pourrais m’empêcher de venir ! » m'a fait revenir à la réalité et je me suis retourné d'un bond, un sourcil relevé en signe de mon désaccord avec son exclamation. Puis je lui ai lançé ce regard qui vous fait vous dire : "c'est bon, je laisse tomber, il ne flanchera jamais", dont j'étais visiblement un spécialiste. Si, c'est vrai, vu la réaction de Noah ... « Bon, t’as gagné ! Je viens pas. » D'un coup, je me suis sentit soulagé, comme un poids en moins sur les épaules et j'ai presque exquiser un sourire victorieux ... avant qu'il ne me stoppe dans mon élan. « MAIS ! » Argh, je commençais à détester les "mais" des humains, je eprdais toujours après qu'ils l'énoncaient. « Je viens avec toi pour récupérer ma voiture, et c’est non-négociable. » Cette fois, j'ai soupiré bruyamment car j'en avais marre de discuter de son repos obligatoire et savais parfaitement que c'était peine perdue pour maintenant car il était question de cet horrible engin de malheur. Alors j'ai obtempérer, lançant que ce n'était que pour sa voiture, d'un ton mi-intérrogateur, mi-affirmateur. « Merci papa ! » , m'a-t-il répondut d'un air ironique ... J'ai tiqué sur le terme mais j'ai juste finit par rouler des yeux car c'était du Noah tout craché. Il a posé sa main si soudainement sur mon épaule que j'ai faillit sursauté mais j'ai juste fini par la fixée étonné avant de recommencer à respirer ... Je ne devais pas avoir la conscience tranquille ... Il y avait de quoi. « Allez ! Téléportation ! » , a-t-il clamer, comme la dernière fois, me laissant à nouveau perplexe ... Mais j'ai laissé tombé le cas Noah pour cet instant car il y avait plus urgent. J'ai vaguement visionné mentalement l'usine, la voiture, nous à côté, et j'ai sentit l'agréable sensation de bouger ... qui me retourna presque l'estomac tout de même. C'était quand même mieux que son truc à quatre roues.

Une fois arrivé, j'ai légèrement secoué la tête pour chasser les restes de mon vertige ... J'avais vraiment pas encore l'habitude de ce moyen de transport même si je le préférai cent fois au truc derrière moi. J'avais presque oublier Noah et sa passion non-finte pour sa voiture quand il me rappella à l'ordre avec sa voix remplit de ... Eng ros, il était vraiment déçu de ne pas venir. J'espère juste qu'il ne m'en vodura pas trop longtemps, je rpéfère éviter ce genre de choses ... Ca revient sans cesse sur le tapis. « Bon, je t’attends dans la voiture. » J'ai fait un petit signe de tête pour montrer que j'avais compris et m'était engagé d'un pas vers l'usine qu'il me stoppa à nouveau. « Fais gaffe à toi. » J'ai émit un petit sourire ... J'aimais bien cette sensation, vous savez, le plaisir de quelques mots qui paraîssent sans intérêts ... « Et au fait .. Sans rancune pour la baston, hein ? » Là, je me suis retourné, complètement "paumé", les sourcils fronçés. Un grand silence s'est installé ... Il me parlait d'un truc quis 'était passé tout à l'heure vraisemblablement ... et donc il ne semblait pas très fier. « Baston, c’est bagarre, quand on s’est frappés quoi. » , m'a-t-il expliqué, finalement et l'expression m'a tout de suite semblée plus claire et logique ... J'ai fait un petit mouvement de tête pour montrer que j'avais saisit le terme et j'ai finit par ouvrir la bouche : « C'est oublié. » Pas tout à fait, mais je pouvais largement passer outre ça vu ses excuses qui restaient masquées tout de même. Mais ça restait du Noah, me dis-je. J'eus un petit sourire en coin avant de me retourner pour prendre le chemin de l'usine, pour de bon cette fois-çi.

Je suis entré directement apr l'entrée que j'avais remarqué la dernirèe fois, celle qui cachait bien quiconque entrait mais donnait une vue panoramique sur tout l'intérieur. J'essayais de fair ele moins de bruits possible, ce qui n'était pas gagné vu mes chaussures et l'endroit qui faisait un boucant énorme à chaque pas ... Ou c'était juste mon coeur qui tambourinait comme ça ? Heureusement, ils étaient tous bruyants et en grande discution ... J'ai sortit le vaisseau de ma poche, là où il séjournait depuis le ... depuis tout à l'heure. Je le serrai tellement fort que j'avais l'impression que j'allais le broyer d'une seconde à l'autre. Je n'ai pas cherche rà me calmer. Et c'était mon heure de chance car l'un d'eux c'est levé et est venu en ma direction et vu qu'il ne pouvait aps me voir, il n'avait donc pas put me remarquer ce qui voulait dire que je pourrais le liquider tranquillement et avec l'effet de surprise. J'ai reculé et me suis plaqué dos contre le mur, à côté de l'entrée et j'ai attendu qu'il sorte ... Quand il est apparut devant moi, j'ai plongé la fouchette dans son épaule de laquelle une grande lumière s'est échappée, accompagnée d'un cri épouvantable en provenance de l'âme ... C'était raté pour l'efeft de surprise finalement, merde. Je les ai entendu s'activer et j'ai bifurqué dans l'entrée immédiatement ... Autant se jeter au devant des problèmes avant qu'ils ne viennent à vous, non ? Le premier s'avançait à grands pas, menant la marche et fit un signe aux autres de ne aps intervenir. Je n'ai pas attendu et j'ai amorcé le combat sans chercher à connaître son pouvoir ... une regretable erreure que j'ai ressentie rapidement. Quelque chose de dur et froid a percuter mon bras gauche et est partit se briser sur le sol, me laissant avec une belle coupure sur le haut du bras ... Mon trench-coat, déjà dan sun sale état, avait été coupé - ma chemise avec - et ce jusqu'à mon bras et au sang ... J'ai serré les dents et je me suis à nouveau élancé, beaucoup plus concentré. J'ai bloqué deux flèches - ou pics ? - de glace et j'en ai évité une au moment où j'abattais mon poing sur son visage et plantait de l'autre la fourchette dans son omoplate. Alors qu'il disparaissait dans une grande lumière, je n'ai pas attendu plus longtemps et me suit retourné brusquement en direction de la prochaine âme ...

Avant de sentir quelque chose de vraiment dur et fort entrer en contact avec mon ventre et me propulsé sur le sol, le faisant me courber en deux et respirer buyamment ... J'avais ressentit très douloureusement le pied d'une âme s'enfoncer dans mon estomac et ce n'était vraiment - mais alors vraiment - pas agréable ! J'ai sifflé de douleur et j'ai inspiré une grande goulée d'air. Force décuplées. J'étais fixé sur celui-là. J'ai inspiré un grand coup à nouveau et me suit relevé - non sans peines - et lui ait fait face. J'ai vaguement sentit quelque chsoe couler le long de mon menton ... sûrement ma lèvre que j'avais du mordre accidentellement quand j'ai attérit sur le sol. Il s'est avancé rapidement, se jetant presque sur moi ... Non, rectification, se jetant sur moi et j'ai juste eut le temps de me jeter sur le côté pour l'éviter. J'ai soufflé d'un soulagement non feint. Et trop rapidement ... J'ai sentit une pression sur ma cheville et puis j'ai perdu l'équilibre. J'ai vu le sol se raprocher dangereusement et j'ai rapdiement placé mes mains devant moi, merci mes réflexes fulgurants. La chute me sembla moins douloureuse que la première et je me suis autorisé à respirer à nouveau. J'ai fermé els paupières une demi-seconde avant d eme retourné d'un coup, l'image bien nette d'une pierre au-dessus de sa tête dans mon esprit ... Et une pierre se matérialisa de nulle part et chuta sur son crâne, l'étourdissant let emps que je plante la fourchette dans sa main restée sur ma jambe. L'éternelle lumière blanche et un soupir de soulagement.

Je n'ai pas tergiversé plus longtemps sur le sol, cinq autres âmes m'attendant encore ... Je me suis remit tant bien que mal sur mes deux jambes, encore un peu secoué par les derniers évènements et je me suis mit en face des derniers survivants. J'avais la respiration saccadée car mine de rien, c'était fatiguant une chasse aux âmes et une mauvaise utilisation de ses pouvoirs ... J'avais voulut être trop rapide et pas assez précis, mais bon, c'était ça, ou moi qui trépassait encore une fois. J'ai reprit correctement le vaisseaud ans ma main, le serrant fortement, et jai fait face à l'âme qui s'avancait. On en est directement venu aux mains, ce qui me sembla étrange avant que je ne voie ses paumes rougoyées ... Et ne ressentit comme une brûlure sur mon avant-bras gauche qui avait été arrêtée dans son mouvement par la main de l'âme ... J'ai serré les dents et tenté de ne pas m'énervé verbalement en plus de physiquement sur l'homme car je savais que j'allais perdre ma concentration déjà bien peu présente ... ce qui m'irritait d'autant plus et ce n'était pas bon signe ... J'ai retiré mon bras de sa poigne d'un coup sec et l'ai attrapé à la gorge ... ce qui ne tira un gémissant de douleur quand je compris qu'il n'y avait pas que ses paumes qui brûlaient la peau des gens ... Je n'ai pas lâché ma prise, moi, et au contraire, j'ai resserré cette dernière et j'ai enfonçé la fourchette dans son ventre aussitôt. je ne l'ai ni lâché du regard, ni de la main, avant qu'il n'ait disparut complètement et j'ai secoué mon bras et ma main quand ce fut fait ... dans une tentative idiote d'alléger la douleur. Je savais que d'ici quelques heures, voir minutes si tout allait bien, je n'aurais quasi plus rien voir plus rien du tout ...


Quand j'ai finalement retrouvé la terre ferme, mon attention s'est focalisée sur les quatre âmes restantes ... et mon regard rencontra un désert total. L'usine dessafectée était vide, totalement déserte et irremédiablement sans autre vie que la mienne présente dedans. « Bordel de merde ! » J'ai lâché un juron, j'en avais entendu tellement et tellement souvent que je commençais à en prendre l'habitude, je crois. Ca, c'était la faute de Noah ... Ce vicieux arrivait à me rentrer ses expressions et même ses jurons maintenant ! Mince quoi. J'ai soupiré très bruyamment avant de me retourner d'un air déprimé vers la porte que j'avais emprunté pour rentrer. J'en avais marre que le sâmes veuillent m'embrocher vivant puis me fuir en courant ... j'ai rangé la fourchette dans ma poche et je suis sortit par l'entrée, le regard perdu sur le sol. Il allait falloir qu'on fouille ... que JE fouille la ville. Hors de question que Noah m'accompagne tant qu'il n'aurait pas pris du repos, une grosse dose de repos en fait ! Il m'en aurait fait voir de totues els couleurs pour le peu de temps que j'étais revenu sur cette terre. D'ailleurs, quand on parle du loup ... J'ai posé mon regard sur la voiture, cet engin maudit, puis je l'ai glissé vers Noah. « J'les ai eut ... » , j'ai lâché, puis j'ai posé mon regard sur le sol ... « Enfin ... Y en a quatre qui se sont enfuis ... » , ais-je finalement lâché, tout penaud. J'ai éviter son regard pendant quelques instants ... J'avais demandé - non, exigé - qu'il ne m'accompagne pas et finalement, je n'avais même pas été capable d'en capturer plus de trois ... Ce n'était vraiment pas terrible, mais mieux que rien j'imagine ? Enfin, vu l'état dans elquel je me trouvais, peut-être pas. Je suis finalement rentré dans son truc de malheur, appellé si disgracieusement voiture, et j'ai râler dans ma barbe pendant quelques secondes avant d'entendre sa portière se refermer. J'ai entendu la voiture démarrer et j'ai légèrement gigoté dans mon siège, mal installé. J'avais un truc qui me gênait et je ne savais pas quoi ... Puis je l'ai sentit. « J'ai le lacet de ma chaussure qui me chatouille. » , ais-je simplement lançé, agacé par l'objet en question.

_________________
the distance between us
You take my breath away.
And yet you're all I'm breathing for.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://reaper.keuf.net
Noah M. Sullivan
avatar

messages : 161
date d'inscription : 13/04/2010
âge du personnage : 27 ans.
crédits : Desdemone.
pseudo : Desdemone.


EVERYTHING ABOUT ME.
groupe : REAPER
pouvoir : Télékinésie naissante.
address book
:

MessageSujet: Re: NOAH - ‘‘ et c'est repartit pour un tour ... ’’   Mer 5 Mai - 18:26


(c) myrasis @ LJ.

    J’avais l’impression de me retrouver dans un film à l’eau de rose. Genre, la scène où les amoureux se séparent dans la rue, et qu’ils disent des trucs pour que l’un se retourne et pour le retenir. Il ne restait plus que la petite musique romantique, les violons, la pluie et tout le patatra. Manquerait plus qu’il fasse demi-tour et qu’il me saute dans les bras, tiens. Bonjour le cliché. N’empêche, je pouvais pas m’empêcher de le retenir, plus ou moins consciemment. Déjà de un, je ne voulais pas qu’il aille chasser sans moi, parce que franchement, je n’étais pas rassuré, et de deux, je voulais être sûr qu’il ne m’en veuille pas pour ce qui c’était passé à l’appartement, ca c’était clair. Non parce que bon, moi j’étais ‘normal’ donc pour moi, une petite bagarre de temps en temps c’était rien du tout, ca ne me faisait pas de mal au contraire parfois ca faisait du bien, ca « décrassait », et puis je n’étais pas vraiment du genre rancunier, surtout pas avec Cas. Franchement, si je devais en vouloir à Cas, ca ferait longtemps que je l’aurai tué avec tout ce qu’il avait bousillé dans ma maison. Alors je voulais en avoir le cœur net, je voulais être sûr et certain qu’il n’allait pas m’en vouloir, lui. Parce que franchement, pour deviner les réactions de Castle, fallait s’accrocher. « C'est oublié. » a-t-il dit, simplement, avant qu’un sourire en coin étire ses lèvres, un peu comme si c’était pour m’assurer qu’il disait la vérité et pas qu’il disait ça pour me rassurer ou quoi que ce soit dans le genre. A moins que ça sous-entende un truc comme « je sais que t’as un caractère de merde ». Allez savoir. J’ai sourit, plutôt franchement pour ma part, provoquant une petite douleur au niveau de la lèvre – il ne m’avait pas loupé ! – mais que je pouvais ignorer facilement. « On est cool alors. » lâchais-je avant de lui faire un signe de la tête signifiant ‘ à tout à l’heure’. Et finalement, Castle est parti chassez l’âme sans moi.

    J’ai lâché un long soupire exaspéré mais aussi désespéré une fois que Cas était trop loin pour l’entre. Et moi, alors, je faisais quoi ? Je me faisais chier. Du coup, j’ai inspecté ma voiture dans tout les détails, que ce soit les pneus, la carrosserie, même les vitres. Hormis le besoin d’un bon lavage à cause de la suie – foutu pyromane de mes deux – , elle était impeccable. Mon bijou. Après l’avoir examinée, je suis entré dedans, m’installant confortablement dans le siège conducteur. Et a partir de là, qu’est ce que j’ai fait ? Je me suis fait chier. Mais dans le genre très, très, très chier. Les questions à la con de Castle m’en ont même manqué, c’est pour dire. Je m’ennuyais tellement que ca ne m’aurais même pas dérangé de lui expliquer ce que voulait dire « avoir ses règles » ou des trucs encore plus embarrassants. Quoi qu’il faut pas pousser non plus. Bref. Je tapais sur le volant – doucement hein – du bout des doigts au ryhtme d’une musique qui .. ne passait pas. Oui parce qu’en fait j’hésitais. J’hésitais entre mettre la musique donc – et quand je met de la musique, je ne fais pas semblant, je met à fond – et ne pas en mettre. Parce que je voulais pas que Castle soit déconcentré et qu’il se fasse tuer ou alors qu’il se fasse repérer avant d’avoir attaquer ou plein de truc dans le genre. D’ailleurs je me demandais franchement comment il s’en sortais. Bordel ! J’étais vraiment en train de m’inquiéter en fait ! Je grommelais dans ma barbe. C’était injuste. Je lui avais sauvé les fesses et je devais poireauté dans la voiture comme un putain de chauffeur de taxi. Il avait intérêt a revenir entier, ou alors j’allais l’achever moi-même. Je me sentais bien en plus. C’était nul.

    « Et puis merde ! » ai-je grommelé. J’ai ouvert la portière rageusement et je suis sorti, claquant la porte en grognant, j’ai relevé le col de mon manteau, verrouillé la portière et j’ai commencé a marcher. Sauf que j’ai fait demi-tour a mi chemin en grommelant. Je me suis dit que j’allais le surprendre, qu’il allait prendre le temps de râler et avec la chance qu’on avait, il se ferait blesser et moi aussi. Grommelant des trucs incompréhensible même pour moi, je suis retourné dans la voiture. Passé un certain moment, j’ai commencé à très franchement trouver le temps long. Je suis finalement sorti, marchant droit vers l’usine. Et là j’ai vu Casey au loin, heureusement il ne semblait pas m’avoir vu, rapidement et comme un gosse prit la main dans la boîte de gâteau juste avant de manger, j’ai marché très vite vers la voiture. Je m’y suis appuyé genre « ca fait dix ans que je t’attends et je ne me suis pas du tout inquiété » les bras croisés. Au loin, je n’avais pas vu l’état dans lequel il était. En fait, j’avais juste eu le temps de voir le trench beige voler en vent que j’avais prit la fuite pour ne pas qu’il m’engueule. Il est finalement arrivé a la voiture. « J'les ai eut ... » a-t-il lâché brusquement. J’ai froncé les sourcils et je l’ai observé. Pourquoi il fixait le sol ? « Enfin ... Y en a quatre qui se sont enfuis ... » a-t-il terminé, l’air tout penaud. Cette fois j’ai haussé un sourcils. Et c’est là que j’ai vu l’état dans lequel il était. Coupure au bras, phalange abîmée – mais bon, normal pour ça – et puis la lèvre fendue, la paume de la main brûlée et le bras brûlé – avec un joli trou en forme de main dans le trench-coat infernal ! Fichtre ! J’en suis resté bouche bée.

    Je le fixais, mais lui, il faisait tout son possible pour éviter mon regard. C’était compréhensible vu l’air furax qui était gravé sur mon visage. C’était un inconscient qui se tapait un complexe de supériorité en ce qui concernait la chasse aux âmes, voilà ! Complexe de superman. Je croisais les bras et le fixait d’un air mauvais. M’évitant toujours, il est rentré dans la voiture sans rien dire. Je lâchais un long soupire pour tenter de me calmer. Il m’avait littéralement forcé a rester dans la voiture pour revenir dans cet était-là ? « Je savais bien que j’aurais du venir. » marmonnais-je d’un ton en colère mais terriblement calme. Pas besoin de préciser pourquoi, il s’avait très bien que c’était à cause son état. Franchement, il n’y avait pas foutage de gueule là ? Je suis rentré dans la voiture, silencieux, et j’ai démarré. Le trajet s’est fait très, très silencieux, il m’a même semblé avoir vu Casey gigoter du coin de l’oeil. « J'ai le lacet de ma chaussure qui me chatouille.[/font][/color] » a-t-il lâché brusquement, d’un coup, sans que je m’y attende. C’était quoi ce délire ? Je me suis rangé sur le côté pour me garer et je lui ait lancé un regard étonné. « Pourquoi tu me dis ça ? Enlève le et c’est tout. » lâchais-je, le fixant comme s’il était fou. Je soupirais. « Franchement, on s’en branle. » grommelais-je dans ma barbe. J’allais reprendre la route quand je décidais de vider mon sac avant de conduire. Ca m’éviterais d’avoir un accident de voiture avec l’autre cinglé à côté.

    « Tu te fous de moi, hein ? Je veux dire, tu me dis de pas venir, okay, d’accord, t’avais peut-être raison. – en fait t’avais tort mais admettons – Non mais tu t’es vu ? Hein ? Regarde dans quel état t’es, tu tombe en morceau mec. Et je te parle même pas de ton horreur de trench coat. Franchement si c’était pour finir comme ça et en choper que trois, autant me laisser venir, on en aurait eu plus, et t’aurais été moins blessé. Ca t’apprendra à jouer a Batman. Imbécile.» avais-je lâché d’une traite. Je soupirais de soulagement. Ca faisait du bien. « Voilà, c’est dit. Ca va mieux » terminais-je. Au moins, mon envie de lui mettre la tête dans le tableau de bord était passée, c’était déjà ça. Et puis ça soulageais, parce que je me serais mal vu ruminer dans mon coin pendant des heures et des heures. Je me suis réinséré dans le trafic ; calmé par ma soudaine colère débile. M’en fou, ca faisait du bien ! J’ai conduit silencieusement jusqu'à mon – notre – immeuble, appréciant le ronronnement amoureux de ma voiture. Je me suis garé tel un pro et puis j’ai coupé le moteur. Plissant les yeux, j’ai réfléchit un moment, puis j’ai tourné la tête vers Casey avec un air machiavélique. « Sort de là. » Ordonnais-je littéralement avant de sortir moi-même de la voiture, un petit air malicieux. Une fois Castle dehors, j’ai verrouillé ma voiture – et j’ai vérifié deux fois, sait-on jamais – puis j’ai fait le tour, me retrouvant près de lui et j’ai attrapé sa main.. Pour nous téléporter dans le salon. Qui a dit fainéant ? Arrivés en haut, j’ai lâché Cas, lui ait collé une tape amicale sur l’épaule, agrémentée d’un grand sourire et j’ai lâché « Ca va plus vite. » puis j’ai allumé télé et ps3 et je me suis jeté sur le canapé, manette en mains. J’avais besoin de repos pas vrai ?

_________________

NO TIME FOR HESITATION.It's a war, It's a game. Don't fight it, or deny it, invite it cause when it ..Feels like a kick in the teeth, I can take it. Say what you want, take your shots. You're setting me free with one more kick in the teeth.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L. Castle Northwood
CAS So and what if you can see the darkest side of me ?
avatar

messages : 262
date d'inscription : 18/08/2007
âge du personnage : 27 ans.
crédits : © Red Shade.
pseudo : Red Shade.


EVERYTHING ABOUT ME.
groupe : SHADOW
pouvoir : Projection mentale et son sang.
address book
:

MessageSujet: Re: NOAH - ‘‘ et c'est repartit pour un tour ... ’’   Sam 8 Mai - 0:21





_______________


« Je savais bien que j’aurais du venir. » ,voilà ce qu'il avait lâché avant que je me rue dans la voiture. J'avoue que j'étais plutôt amoché - vu son air limite choqué - mais ce n'était aps dans mes habitudes en réalité. D'habitude, j'arrive à captuer au moins trois âmes avant de recevoir un premier coup mais là ... Ca a juste ... Ben, 'foiré' comme dirait Noah. J'ai loupé mon coup, c'est rare mais ça arrive parfois. La tête trop dans les nuages, trop sûr de soit ou encore fatigué. Là, je pense que j'ai dû faire un mixe des trois, vu comment je me suis fait avoir. Faut dire que c'était la première fois que j'expérimentait un mu insivible pour retenir du feu et le maintenait 'longtemps' et le perte de sang, l'utilisation de ce dernier, l'inquiètude ... Ca fatigue, non ? Soit, j'essayerais de me trouver des excuses plus tard ... Là, j'avais quelque chose qui m'ennuyait énormément en plus de silence pesant qui s'était installé quand Noah a démarré la voiture. Le lacet de ma chaussure m'énervait prodigieusement et j'avais beau gigoté, il ne s'enlevait pas ... J'ai lâché mon énervement tout haut, comme une simple remarque qui au fond ne devait pas être loin d'une tentative de brisage de silence ... raté. Je l'ai vaguement entendu se rangé sur le côté, trop occupé à fixer ma chaussure et le lacet. Traite. « Pourquoi tu me dis ça ? Enlève le et c’est tout. » , avais-je entendu Noah répliqué, un soupçon d'étonnement, et sans doute d'énervement aussi, dans sa voix. « Franchement, on s’en branle. » , a-t-il ensuite grommeler. J'ai relevé la tête, à mon tour étonné. Il n'était pas rare qu'il râle dans sa barbe, souvent des insanités que je ne comprenais pas, mais j'avoue que j'étais toujours assez ... choqué, par le ton de sa voix qui me faisait étrangement rapetisser ... On se sentait comme pris en faute quand on a crâmer une poêle de trop, vous voyez ?


Soudain, il m'a lâché d'une traire : « Tu te fous de moi, hein ? Je veux dire, tu me dis de pas venir, okay, d’accord, t’avais peut-être raison. – en fait t’avais tort mais admettons – Non mais tu t’es vu ? Hein ? Regarde dans quel état t’es, tu tombes en morceau mec. Et je te parle même pas de ton horreur de trench coat. Franchement si c’était pour finir comme ça et en choper que trois, autant me laisser venir, on en aurait eu plus, et t’aurais été moins blessé. Ca t’apprendra à jouer a Batman. Imbécile. » , et moi, tout ce que j'ai put faire, c'est baisser les yeux vers ma chaussure et retiré le lacet qui m'ennuyait. J'osais même plus le regarder. J'avais râler, je m'étais borné comme pas possible et au final, il n'avait pas tord, j'étais resortit dans un état assez pitoyable en fait. Mais, moi, je n'avais pas reçu de balle dans l'estomac, que je sache ... De plus, ce n'était pas avec mon sang qui mettait du temps à agir et deux secondes de repos qu'il allait pouvoir m'aider beaucoup. Au pire, j'aurais été déconcentré et je me serais pris la flèche en pleine poitrine ou pire encore, que sais-je. Non, finalement, j'avais eut raison. J'avais même pas fait attention à sa référence, du coup. Et ce n'aurait pas été une bonne idée, de lui demander quoique ce soit, de toute manière. « Voilà, c’est dit. Ca va mieux » , entendis-je vaguement pendant que je ruminais dans mon coin. J'avais du mal às avoir s'il avait tord ou si c'était moi qui aurait mieux fait de me taire. Il a redémarrer la voiture, s'est remis sur la route et on a roulé. Pour une fois, je n'ai pas détesté une seule fois la voiture, car en fait, je n'y ais même pas pensé une seule seconde.

Je n'ai pris conscience u monde qui m'entourait que lorsque j'ai entendu le moteur se coupé et la voix de Noah retentir.
« Sort de là. » , m'a-t-il ordonné. J'ai vaguement relever la tête pour le voir sortir avant moi et j'ai ouvert la porte pour faire de même. J'ai refermé la portière et j'ai observé Noah verrouillé l'engin de malheur avant de faire le tour. J'ai penché la tête sur le côté en le voyant venir vers moi ... Que je sache, l'entrée de l'immeuble n'était certainement pas par ici. J'ai faillit ouvrir la bouche, mais il était déjà arrivé près de moi et m'a attrapé la main, sans que je puisse protester - chose que je n'aurais certainement pas faite - ou quoique ce soit d'autre. J'avais presqu'ouvert la bouche pour répliquer n'importe quoi, comme : qu'est-ce que tu fais ? Mais aucun son n'aurait put sortir de ma bouche et de toutes façons, il avait déjà agit et moi, j'avais juste sentit l'éternel sentiment de déséquilibre me prendre ... J'ai fermé ma main sur la sienne, sur le coup, car je ne m'attendais pas du tout à ce qu'il me fasse ça. Noah était du genre à détester la téléportation de toute manière ... Une fois arrivée dans le salon, j'ai cligné des yeux quelques fois avant de me rendre compte que je m'étais agrippé à sa main - ce qui ne m'aurait pas vraiment dérangé s'il ne m'avait aps limite engueulé quelques instants plus tôt - et je l'ai relâchée, vivement. « Ca va plus vite. » , m'a-t-il lâché comme explication à sa soudaine lubie, avant de partir se fautrer dans le canapé, devant la télévision. J'ai juste penché la tête et haussé les épaules. J'avais d'autres chose sà faire que de comprendre Noah. Comme désinfecté mes blessures car je savais qu'elles metteraient du temps à cicatrisées vu mon état de fatigue.

Je me suis stoppé en chemin pour la salle de bain, quand je suis passé devant un Noah très agité devant la boîte à images ... Repos. J'ai bifurqué vers ce dernier, blessé ou pas, ça attendra le temps que le plus gravement blessé aille se reposer une bonne fois pour toute. J'ai limite arraché le 'truc' de ses mains, le regard sévère et déterminé. Je n'avais pas eut tord pour la chasse, mes blessures n'étaient rien à côté de la sienne et il allait m'entendre.
« Pas de boite à images. Va te reposer. » , ais-je limite ordonné, d'un ton sans appel, avant de poser le ... truc, par terre. Je me suis relevé, le fixant en attendant qu'il me fasse une scène ou décide - pour une fois - de faire ce que je lui demande.

_________________
the distance between us
You take my breath away.
And yet you're all I'm breathing for.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://reaper.keuf.net
Noah M. Sullivan
avatar

messages : 161
date d'inscription : 13/04/2010
âge du personnage : 27 ans.
crédits : Desdemone.
pseudo : Desdemone.


EVERYTHING ABOUT ME.
groupe : REAPER
pouvoir : Télékinésie naissante.
address book
:

MessageSujet: Re: NOAH - ‘‘ et c'est repartit pour un tour ... ’’   Mer 12 Mai - 16:08


(c) Desdemone.

    Quand j’avais eu l’idée de nous téléporter dans l’appartement, je n’aurais certainement pas pensé que ca se passerait comme ça. Déjà, pourquoi diable je lui avait prit la main ? ! J’aurais pu le prendre par l’épaule – genre accolade amicale – j’aurais aussi pu lui prendre le bras, mais pourquoi je lui avais prit la main ? Le pire c’est que je n’avais même pas réfléchit, je l’avais fait comme si c’était normal. Alors que bon, ca ne l’était pas vraiment, si ? Ce qui m’avait le plus étonné, c’est qu’il s’agrippe à ma main comme ça. Je fronçais les sourcils, l’air sûrement aussi étonné que lui. Pourquoi ça ne m’avait pas dérangé – et même loin de là – ? Il y a eu un moment de flottement, et quand il s’est rendu compte de ce qu’il faisait, il a lâché d’un coup ma main qui est retombée mollement le long de mon corps. Reprenant mes esprits, je lui expliquait – ouais, ce n’était pas vraiment une explication mais on s’en fout – pourquoi je nous avait téléportés. Et donc je me suis jeté sur le canapé pour entamer ce que moi j’appelais une bonne séance de repos. Honnêtement, quand j’ai vu Cas hausser les épaules et s’en aller, j’ai pensé qu’il allait enfin me laisser tranquille avec cette blessure à la noix. Alors j’ai commencé à jouer. J’étais littéralement à fond dans ma partie – et j’avoue que quand je suis à fond dans une partie, je suis légèrement survolté – quand il est revenu à la charge. J’ai pensé que c’était pour me demander ce que je faisais, je l’ai donc royalement ignoré, pensant échapper a de longues, ennuyantes et interminables explications. Mais non, il s’est planté devant moi, m’empêchant de jouer, et pire encore, il m’a arrachée la manette des mains. Je suis resté bouche bée, et je l’ai fixé avec des yeux de merlan frits. Honnêtement, sur le coup, je suis resté sur le cul. Je m’y attendais pas. Le pire ? Il me fixait avec un air sévère et déterminé, comme si j’avais fait quelque chose de mal. Je fronçais les sourcils et lui lançait mon regard « au nom du ciel c’est quoi ton putain de problème espèce de cinglé ? ».

    « Pas de boite à images. Va te reposer. » m’a-t-il ordonné. J’ai haussé les sourcils. Mon expression ? Tout simplement « hein ? » avec des yeux gros comme des soucoupes et mes sourcils tellement haussé qu’ils arrivaient au niveau de mes cheveux – ceci est une image – non mais vraiment, je ne comprenais pas ce qu’il lui arrivait là. Il saignait, il était brûlé de partout, et ce qui l’intéressait, c’était de m’empêcher de jouer ? « Télévision à écran plasma, Cas, pas boite à image. » grommelais-je en le voyant poser la manette à terre. Il s’est relevé et m’a fixé. Je l’ai regardé aussi. Un « game over » à retenti. J’ai eu un rictus nerveux qui montrait bien – et même trop – mon énervement. « Castle. Je te conseille de courir. » lançais-je calmement. Trop calmement. Il m’a jeté son regard « je ne comprend pas » mais cette fois, je n’ai pas cédé, et je ne me suis pas laissé attendrir et/ou amadouer. « Pourquoi ? » m’a-t-il demandé finalement puisqu’il n’avait pas eu de réponse. J’ai eu un grand sourire mauvais, je me suis levé et je l’ai fixé d’un air assassin. « Parce que je vais te tuer. » ai-je dit d’un ton léger et avec un sourire agaçé. Il n’a pas bougé, il m’a juste regardé avec son air de merlan frit je l’ai fixé aussi, j’ai jeté un coup d’oeil à l’écran puis à Cas, et puis re à l’écran, et re à Cas. J’ai lâché un long soupire exaspéré et j’ai secoué la tête. « Laisse tomber. » lâchais-je, finalement calmé. Je devais avouer que de voir sa lèvre saigner m’avait aidé à calmer mes envies de meurtres. Ca craignait un peu. Je me suis passé la main sur le visage, la passant dans mes cheveux au passage. « Vas t’asseoir, je vais te soigner. » lâchais-je simplement avant d’éteindre la télé et la console avec un air désespéré peint sur visage. Seigneur, je sais que j’ai vendu mon âme mais je l’ai fait pour la bonne cause alors c’était pas la peine de me faire souffrir autant quoi. A nouveau je soupirais et allais sans dire un mot chercher de quoi réparer mon squatteur infernal.


    « Tu mériterais que je te laisse dans cet état, comme mon pauvre micro-onde. » déclarais-je en m’asseyant à côté de lui. Je retirais, sans lui demander son avis, son trench-coat et je le jetais dans un coin de la pièce ( après avoir récupéré le vaisseau parce que quand même, faudrait bien qu’on les chope un jour ou l’autre ces âmes ! ). Je ne pu retenir un petit sourire victorieux. Cette fois-ci, j’avais gagné la guerre ! Trench 0, Noah 1. Bon, ca aurait mieux sans que Castle ne soit blessé, mais au moins, on s’était débarrassé de cet horrible truc. En fait, le pire c’est qu’il n’était pas si terrible, juste que comme Casey le mettait tout le temps, mais vraiment tout le temps, et bien ca m’avait dégoûté de ce truc, voilà. J’ai prit un bout de coton que j’ai imbibé d’un peu de désinfectant et je le lui ait collé sur la bouche. « Tiens ça. » lâchais-je pour pouvoir m’occuper de son bras. Je secouais la tête, désespéré, et soupirais en voyant dans quel état il était. Bon ! Je déboutonnais la manche de sa chemise et la remontais le plus doucement possible jusqu'en haut de son bras – je remarquais au passage que Cas ne connaissait visiblement pas l’usage du tee-shirt – j’ai grimacé en découvrant la trace de main sur son avant bras. « Ca va faire mal. » lâchais-je, la situation me rappelant étrangement ma presque agonie, avant de désinfecter sommairement la brûlure. En fait, je m’étais surtout assuré que le tissu de la chemise ne s’était pas collé a sa peau, ou un truc gore du genre. Une fois sur que tout était bon – enfin, aussi bien que ca pouvait être – j’ai appliqué de la crème spéciale pour les brûlures et je lui ait un joli – ou pas – bandage. J’ai fait de même avec sa paume brûlée et j’en ai profité pour soigner ses phalanges blessées. Il avait du en filer des coups de poings. « Voilà ! » lâchais-je « Tu m’en donnes du boulot. » m’exclamais-je, avec un petit sourire satisfait malgré tout ; bah oui, j’avais super bien bossé ! du vrai travail de pro.

    C’est là que la porte s’est ouverte. Heureusement – ou pas ? – que je ne l’avais pas verrouillée, sinon ils l’auraient défoncée et j’aurais encore du payer. Quand je disais ils, je voulais dire les quatre âmes qui avaient fuit. Visiblement, ils avaient décidé de ne pas attendre que son mette a leur poursuite, il avait décidé d’attaquer les premiers. La meilleur défense, c’est l’attaque, pas si bêtes ces âmes ; vraiment. Je me suis levé du canapé d’un bond, quatre signifiait deux pour moi, deux pour Cas. « Si on pouvait éviter de bousiller mon appart, ca m’arrangerais » lâchais-je avant d’éviter que l’une des âmes ne me touche. Okay, a supposer, elle pouvait électrocuter, celle là. Une chance que j’avais le vaisseau a portée de main – et qu’un fourchette ca passait inaperçu – parce que m’a permis, après un coup d’épaule dans le torse de l’autre, de me pencher, de choper la fourchette et de la planter dans le ventre de l’âme qui électrocutait. Lumière, et a pu d’âme. Aux autres maintenant. Avec un peu de chance, j’arriverais a sauver mon appartement.

_________________

NO TIME FOR HESITATION.It's a war, It's a game. Don't fight it, or deny it, invite it cause when it ..Feels like a kick in the teeth, I can take it. Say what you want, take your shots. You're setting me free with one more kick in the teeth.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L. Castle Northwood
CAS So and what if you can see the darkest side of me ?
avatar

messages : 262
date d'inscription : 18/08/2007
âge du personnage : 27 ans.
crédits : © Red Shade.
pseudo : Red Shade.


EVERYTHING ABOUT ME.
groupe : SHADOW
pouvoir : Projection mentale et son sang.
address book
:

MessageSujet: Re: NOAH - ‘‘ et c'est repartit pour un tour ... ’’   Dim 16 Mai - 2:12


Et c'est reparti pour un tour ...



_ _ _ _ _ _ _ _ _ _

« Télévision à écran plasma, Cas, pas boite à image. » , m'a-t-il répliqué quand je lui ait dit qu'il devait se reposer et donc éteindre, couper ou que sais-je la boîte à im- ... Télévision. J'avais du mal avec les mots depuis mon retour - en grande partie à cause de mon amnésie - mais encore maintenant, c'était presqu'impossible que je m'en souviennes d'un sans avoir les bons vieux reflexes de leur inventer un nom. Je n'ai pas cherché à trouver d'excuse ou quoique ce soit d'autre d'ailleurs et je me suis simplement agenouillé pour déposer la manette et me redresser pour fixer un visage ... plutôt énervé en fait. « Castle. Je te conseille de courir. » Je ne comprenais pas pourquoi je devais soudainement me mettre à courir ... Ni d'ailleurs pouruqoi il me demandais de le faire. Mais quand il utilisait mon prénom, ce n'était jamais bon signe. Mais ça ne m'a aps plus frappé que ça, j'ai juste penché la tête en le scrutant, un regard sûrement remplit d'incompréhension. Vu qu'il ne semblait pas vouloir me donner d'explciations, j'ai pris les devant. « Pourquoi ? » Simple, rapide, concret ... Il s'est levé, d'un coup, me fixant toujours, un air vraiment étrange sur le visage ... Avant de souffler calmement : « Parce que je vais te tuer. » J'ai fronçer les sourcils mais n'ait pas bougé d'un pouce. Me tuer ? Pourquoi, avais-je envie de répondre ... Mais je me suis abstenu, pour je ne savais quelle raison. De toute manière, il ne m'aurait pas tué ... N'est-ce pas ?

Je l'ai vaguement vu aller de moi à la ... Télévision et de répété l'action une fois, peut-être deux ? Puis il a finalement soupiré et sécoué la tête, ramenant mon esprit sur Terre. « Laisse tomber. » , a-t-il dit, me laissant ... perturbé. « Laisser tomber quoi ? » Il s'est passé une main sur le visage, puis a laché : « Vas t’asseoir, je vais te soigner. » avant de faire quelque chose à la télévision pendant que moi, j'étais légèrement ... non, complètement perdu. Il disait vouloir que je cours pour me tuer - ce qui n'était pas très intelligent en soit - et après il voulait que je laisse tomber - quoi d'ailleurs ? - et que je m'asseye. Soit, j'obstempérais et m'installais sur le canapé. Je l'ai observé soupiré puis s'en aller vers la salle de bain, en silence. J'ai haussé les sourcils, je n'avais jamais vraiment compris Noah mais ça devenait encor eplus hardu. Un coup il s'énervait, et un autre il s'excusait presque ou soufflait constamment - ou les deux d'ailleurs. J'eus très envie de soupirer d'exaspération à mon tour du coup, mais je n'en fis rien car il était revenu.

« Tu mériterais que je te laisse dans cet état, comme mon pauvre micro-onde. » , dit-il en s'installant à mes côtés. J'ai voulut mordiller ma lèvre - imbécile que je suis - mais la douleur me rappela à l'ordre. Je n'avais décidément pas l'habitude d'avoir des blessures qui dure aussi longtemps à se soigner. Remettre l'état du micro-chau- ... Micro-ondre sur le tapis me laissait désolé à chaque fois - comme à propos de toutes les autres choses que j'avais misérablement détruis - il faudrait que je pense vraiment à le réparé tiens. Je n'ai définitivement plus pensé au micro-onde quand j'ai sentit mon trench-coat me libéré les épaules et voler dans un coin de la pièce, me laissant un peu énervé par le mauvais traitement de Noah sur ce dernier. Un jour, ce trench lui rendra la pareille. Je me suis retourné vers Noah ave cun air assez ennuyé peigné sur le visage qui a bien vite déguerpit quand il a appuyé un bout de coton sur ma lèvre blessée, sans ménagement. Pas que je sois spécialement douillet - sinon je me serais plaint depuis longtemps - mais un peu de délicatesse, ça ne vous tuait pas. « Tiens ça. » , m'a-t-il dit avant que je ne m'exécute immédiatement. Le désinfectant piquait un peu d'ailleurs, me fis-je la remarque.

J'ai remarqué un peu tardivement que Noah avait décidé de déboutonné le bouton de ma manche et de le remonter. J'ai un peu grimacé quand la manche est passé par dessus les blessures mais ce n'était que passagé. J'ai posé mon regard sur Noah, et le vit grimacé end écouvrant la brûlure, j'ai penché la tête d'incompréhension. Ce n'était pas si grave et ça finirait par partir de toutes façons. « Ca va faire mal. » Cette phrase avait des connotations de déjà vu ... Et c'était le cas d'ailleurs, remarquais-je avant de sentir le désinfectant piqué à nouveau, cette fois-çi sur mon avant-bras. J'ai observé silencieusement Noah s'en occupé, semblant étrangement concentré. Il appliqué une paumade qui apaisa directement la douleur. Il a pris le tissu pour els bandages et s'est appliqué à m'en faire un aussi soigné que possible - ce qui était assez amusant en soin et agréable aussi d'ailleurs. Il a fait de même pour la brûlure à ma main - que j'avais du oublié entre-temps - puis a soigné les phalanges de ma main, blessées suite aux coups donnés. J'avais oublié qu'un humain pouvait être aussi vite blessé ... Habituellement, ce egnre de blessure guérissait immédiatement après ... Ca me laissa songeur sur la guérison à retardement - vraiment longue - à venir. « Voilà ! » , s'est-il exclamé, poursuivant : « Tu m’en donnes du boulot. » J'ai fronçé les sourcils et lâché une sorte de : « Hmpfff. »

Quand la porte s'est ouverte d'un coup, j'ai limite sursauter soit c'était le vent - très peu probable - soit c'était un invité - qui c'était invité tout seul - et visiblement pas content ... Bingo, la deux. Quel jeu horrible d'ailleurs, encore heureux que l'expression rattrape ça. Bref, je me suis levé d'un bond et me suis tourné vers l'arrivant - ou plutôt les arrivants. Les quatres âmes qui avaient fuit. Elle nous avaient donc suivies ... C'était à s'en demander si elles étaient folles ou juste très peu intelligentes ? L'une d'elle s'est élancé sans attendre ... Sur Noah, pendant qu'il lâché d'un air exaspéré un : « Si on pouvait éviter de bousiller mon appart, ca m’arrangerais. » Je l'ai vu l'évitée rapidement et d'attrapé le vaisseau avant qu'un mouvement ne me fasse tourné la tête. Une seconde âme avait décidé de s'en mêlé et d'aider son compagnon visiblement. Il s'est rué rapidement - trop d'ailleurs - vers Noah, j'ai à peine put le suivre du regard. J'ai remarqué la lumière du coin de l'oeil et me suit jeté à deux mains sur le bras de Noah qui tenait encore fermemant la fourchette et je l'ai enfoncé dans la poitrine de l'âme quand elle s'est arrêté un peu trop tard devant nous. Il y eut une grande lumière, puis plus rien. J'ai soufflé de soulagement, je déteste ce genre de pouvoir ...

_________________
the distance between us
You take my breath away.
And yet you're all I'm breathing for.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://reaper.keuf.net
Noah M. Sullivan
avatar

messages : 161
date d'inscription : 13/04/2010
âge du personnage : 27 ans.
crédits : Desdemone.
pseudo : Desdemone.


EVERYTHING ABOUT ME.
groupe : REAPER
pouvoir : Télékinésie naissante.
address book
:

MessageSujet: Re: NOAH - ‘‘ et c'est repartit pour un tour ... ’’   Mar 18 Mai - 23:32


(c) fivealive & Desdemone.

    J’aurais du me douter que d’une manière ou d’une autre, il trouverait le moyen de me poser une question stupide qui, forcément, me foutrait en rogne. Forcément. Eh oui, comme j’aurais du m’y attendre, il m’a lancé un vieux « Laisser tomber quoi ? » que j’ai ignoré tant bien que mal. Pourtant, je n’étais pas vraiment .. Calme et indifférent dirons-nous. Après tout, il venait de me priver de ps3 comme mon père l’aurait fait, et il venait de me poser une question idiote sur une expression que – théoriquement – je lui avais déjà expliqué. Franchement, j’avais des raisons d’être énervé, non ? Mais je suis resté calme, je ne lui ai pas collé mon poing en pleine figure. Etrangement, je suis resté vraiment calme. Quel exploit. Désespéré, je me suis contenté de lui ordonner de s’asseoir sur le canapé après avoir passé la main sur mon visage, tentant vainement de me rentrer dans le crâne ce fameux mot : amnésique. Je me le suis répété pendant tout le chemin vers la salle de bain et pendant tout le chemin du retour, et voilà, j’étais calmé. J’ai même lancé un petit trait d’humour a propos de mon micro-onde, trait d’humour qui a fait un bide puisque j’ai clairement pu voir la réaction de Cas qui s’est visiblement senti comme une merde pour ce qu’il a fait a ce pauvre appareil. Du coup je me suis senti comme une merde de lui avoir dit ça alors qu’il n’avait pas fait exprès. Un vrai bide je vous dis. Finalement, je me suis assis en silence et je l’ai soigné.

    « Hmpfff. » a-t-il lâché quand je lui ai lâché – nouveau trait d’humour – qu’il me donnait des tonnes de boulot. J’ai eu un petit sourire en coin ; j’avais dit qu’il me donnait du boulot, mais pas que je n’aimais pas ça. Je m’apprêtais a le lui dire – parce que vu qu’on n’arrêtait pas de s’engueuler et qu’il était un peu comme un gosse parfois – pour lui ‘remonter le moral’ quand la porte s’est ouverte. J’ai perdu mon sourire et j’ai fait mon ninja après avoir bondit sur mes pieds, neutralisant ainsi une âme avant qu’elle ne me neutralise. Juste après ce que Cas m’avait dit sur l’enfer, il n’y avait pas moyen que j’y aille maintenant. Je me taperais Lady Gaga avant de m’autoriser à crever. Ce qui, vu que je n’étais pas fou, signifiait dans longtemps et encore plus probablement jamais. Avec un peu de chance, jamais ? Ouais, non, pas trop. Je n’étais pas certain que Lucyfou accepterait de laisser un mec avec qui il avait un contrat se balader sur terre pour l’éternité. Dommage, d’ailleurs. Bref. J’ai a peine eu le temps de voir la lumière lorsque l’âme a été aspirée dans le vaisseau que Cas se jetait littéralement sur moi, prenant la fourchette au passage pour l’enfoncer dans le torse de l’autre qui avait débarqué sans même que je la remarque. J’haussais un sourcil dubitatif alors que Casey soupirait de soulagement, j’eus une petite grimace désapprobatrice avant de pointer du doigt derrière lui, lui indiquant qu’une âme allait très certainement s’en prendre a lui.

    Je l’aurais bien aidé, vraiment, vous croyez quoi ? Que je me suis pris une balle pour le laisser mourir une heure après ? Franchement, j’aurais bien aimé l’aider, sauf que je n’ai pas pu ; Alors que j’allais faire quelque chose, je me suis pris un coup en plein de le ventre, j’ai lâché un grognement de douleur, me pliant en deux je suis tombé comme une merde dans le canapé, heureusement que j’en étais tout prêt. Je soufflais, tentant de reprendre contenance et de faire disparaître les points blancs de devant mes yeux écarquillés. Un mot : Aouch ! Le choc de la douleur passé, ce que je me suis demandé c’est comment diable j’avais pu ne pas la voir arriver alors que, de fait, elle m’avait frappé de face et avec un sacré élan. Putain ! Ame invisible. Qui s’est rendue visible en me croyant KO, un grand sourire aux lèvres. Faut dire que j’en étais pas loin, prostré en deux sur le canapé sans bouger. C’est pas grave, j’avais plus d’une corde a mon arc, et là j’ai bien été obligé d’admettre que la télékinésie était foutrement plus pratique ce que j’avais pensé jusqu'à présent. En fait, quand j’ai vu la poele avec laquelle j’avais frappé Casey tout à l’heure, je me suis concentré dessus et, le plus discrètement possible mais aussi le plus fort possible, je l’ai écrasée sur la tête de l’âme. Encore, et encore, et encore, jusqu'à ce que l’âme s’écroule par terre avec la gueule en sang.

    « Fallait pas me faire chier » grognais-je, la voix rauque. J’ai juste eu le temps de revoir la lumière du vaisseau – Cas était vraiment doué en chasse a l’âme, je ne pouvais vraiment pas le nier – que j’ai senti a nouveau mon nez saigner, a moins que j’ai chopé un rhume, ce qui me paraissait tout de suite moins logique. Je fronçais les sourcils, essuyant mon nez, j’eus la confirmation que je saignais. Bordel. « Cas. » Appelais-je avant de revoir a nouveau la lumière. Oh bordel, trop de lumière tue la lumière. Et donne mal au crâne. Je fermais les yeux un moment, le temps que ca se dissipe, et quand je les ouvrais à nouveau, j’ai vu un des oreillers du canapé flotter pas loin de ma tête. J’écarquillais les yeux. « Merde. » soufflais-je. Je jetais un coup d’œil circulaire dans toute la pièce et dans les autres pièces visibles depuis mon canapé pour constater que cinquante pourcent de mon mobilier et déco était en train de flotter dans les airs. Bon, pas de panique. Pas de panique. Je plissais les yeux, me concentrant pour que tout revienne à sa place respective. Mais il m’a fallu deux bonnes minutes pour faire descendre un simple oreiller, et une douleur m’a vrillé le crane. Je grognais, portant mes mains a mes tempes, je grimaçais. Voilà, je paniquais ! « Cas ! » croassais-je « Cas, aide-moi, je contrôle plus rien ! » ais-je lâché, tentant de masquer la panique dans ma voix. Mouais, c’était raté. Je fermais les yeux, grimaçant. Et puis soudain, j’ai senti quelque chose sur mes lèvres. Quelque chose ?! Je rouvrais les yeux. Quelqu’un ouais. Castle venait de m’embrasser.

    Je restais bouche bée, les yeux comme des soucoupes. Je clignais des yeux plusieurs fois, le fixant avec des yeux de merlan frit. Je venais de rêver ou quoi ? A moins que ce soit une grosse blague ? Non, mais, sérieux ? « Cas ? » lâchais-je d’une voix sourde. Franchement, je comprenais rien, ni pourquoi il avait fait ça, ni pourquoi ca m’avait calmé, ni pourquoi ca ne m’avait pas dérangé, au contraire. Soudain, le bruit du retour sur terre de mon mobilier a retenti. Le gros boom m’a ramené littéralement sur terre.. En même temps que ma télévision. Elle est retombée sur le meuble mais n’a pas eu l’équilibre nécessaire pour tenir droite et elle est tombée. Du moins, c’est ce que je supposais après avoir sursauté, fixant obstinément Castle. Okay. La grande question n’étais pas de savoir ce qui était cassé ou pas, la grande question c’était pourquoi j’avais envie de recommencer ? Bon. C’était pas sorcier. C’était juste parce que ca faisait longtemps que .. que je n’avais pas vu Red, voilà, c’était ça. J’étais en manque d’affection, voilà pourquoi ca m’avait pas dérangé. Genre. Oh mon dieu.

Surpriiiise ! Ninja Shadou, si tu lis ça et que je suis pas là, j'espère que tu kiffe, c'était drôle a écrire, bonjour le mec dans le déni total x) Bref !<3

_________________

NO TIME FOR HESITATION.It's a war, It's a game. Don't fight it, or deny it, invite it cause when it ..Feels like a kick in the teeth, I can take it. Say what you want, take your shots. You're setting me free with one more kick in the teeth.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L. Castle Northwood
CAS So and what if you can see the darkest side of me ?
avatar

messages : 262
date d'inscription : 18/08/2007
âge du personnage : 27 ans.
crédits : © Red Shade.
pseudo : Red Shade.


EVERYTHING ABOUT ME.
groupe : SHADOW
pouvoir : Projection mentale et son sang.
address book
:

MessageSujet: Re: NOAH - ‘‘ et c'est repartit pour un tour ... ’’   Dim 23 Mai - 23:19


Et c'est reparti pour un tour ...



_ _ _ _ _ _ _ _ _ _


Deux âmes de moins sur quatre, c'était déjà ça, me dis-je. J'ai juste eut le temps de voir Noah juste après pointer le doigt vers quelque chose derrière moi que je l'ai vu s'écrouler sur le canapé. Je n'ai pas eut le temps de m'en préoccupé plus que cela, une âme venait de faire du grabuge derrière moi, visiblement pas très discrète, et je me suis retourné vers elle d'un bond. Elle venait de se cogner à la table - par je ne sais quel moyen - mais avait en main un objet ... enfin, un truc qui servait à décorer et auquel je n'avais jamais fait attention apparemment. Il s'est rendu compte qu'il avait été surpris et m'a fait une sorte de sourire bizard contrit avant de me balancer vainement l'objet. J'ai fait un pas de côté, le regard perdu. Je devais être tombé sur une âme un peu ... étrange, non ? Elle a semblé hésité un instant entre prendre la fuite - ce qui ne servait à rien - et s'élancer vers moi et elle a finalement choisit l'option numéro deux. Il a saisit un autre objet en passant et a voulut me le lancer une nouvelle fois mais je l'ai évité mais me suit pris un meuble par la même occasion, déviant mon attention pendant une seconde. Quand je me suis retourné vers lui, je me suis retrouvée devant un homme deux fois plus grand et plus musclé que moi ... J'ai jeté un regard rapide autour de moi pour voir si je ne m'étais pas trompé de personne et de compte, mais apparemment non. Bien, il peut changer d'apparence apparemment. J'ai sentit, soudain, mes pieds s'éloigner du sol ...

Je n'avais jamais remarqué avant que les chemises étaient aussi tenaces. Enfin, il faut dire qu'ils ne devaient pas tester la résistance d'une chemise portée et soulevée à plusieurs centimètres du sol ... Ou quelque chose comme ça. « Argh ... » Je venais de rencontrer un mur de plein fouet. Je savais pas qu'il y avait un mur si près de ce meuble d'ailleurs, ni même qu'il y avait autant de mur dans cette maison et si peu d'espace ... J'ai finalement sentit la pression s'atténuée sur l'une de mes épaules ou du moins près d'elle et j'ai soufflé pendant une seconde, une très courte seconde. La pression s'est exercée sur ma gorge et mon regard qui était partit à la recherche du vaisseau s'est focalisé sur l'âme devant moi. J'ai posé mes mains sur la sienne pour essayer vainement de le faire lâcher prise, l'air allait définitivement finir par me manquer. Puis j'ai, par panique sans doute, rameuter le premier objet lourd qu'il m'a semblé voir et je l'ai vu s'abattre lourdement sur la tête de l'âme qui a semblé étonné et m'a lâché dans la foulée. J'ai atterit lourdement sur les deux jambes et j'ai enfin put respirer. J'ai posé mon regard sur la table basse du salon puis presque directement sur la fourchette, l'âme m'avait caché sa vue sans le faire exprès mais cette fois, je savais où elle était. J'ai tendut la main vers elle et, avec quelques difficultés, elle a finit par aterrir dedans et je 'lai serré de toutes mes forces avant de me relever d'un coup pour refaire face à l'âme qui s'était déjà remise debout. Elle a du se douter que j'avais récupérer le vaisseau car elle a avorté ma tentative de plonger ce dernier dans sa peau et m'a mis un coup dans le ventre, me faisant plier en deux mais me donnant ma chance. Décidément, les gens ne pensaient pas qu'ils avaient des pieds au bout de leurs jambes ? J'ai enfoncé les dents de la fourchette dans le pied de droite et la lumière est apparue.

J'ai entendu quelques bruits bien reconnaissable, et juste eut le temps de voir la dernière âme s'écrouler et la poêle le suivre mais je n'ai pas entendu le bruit caractéristique de quand elle rencontre le sol alors que j'avais refocaliser mon attention sur l'âme sur le sol. « Cas. » , ais-je vaguement entendu. Je n'y ait pas plus fait attention que ça car je me suis dépêché d'aller planté le vaisseau dans le corps de la dernière âme, lumière s'en suivit et disparition du corps qui marquait la fin de la mission. J'ai soufflé de soulagement, à nouveau trop tard. Un : « Merde. » en provenance de Noah m'a fait revenir sur terre à vitesse grand V, pour changer. Je me suis redressé et c'est là que j'ai fait attention aux objets suspendus en l'air. J'ai lâché un simple : « Oh. » d'étonnement et suis resté les bras ballants à observer les objets voleter. J'ai du rester un bon moment à observer la poêle remonter à ma hauteur avant de revenir à la réalité. Un « Cas ! » paniquer m'avait fait reprendre prise et j'ai poser mon regard directement sur un Noah ... mal en point. « Cas, aide-moi, je contrôle plus rien ! » , a-t-il lâché avec de vaines tentative de reprendre le contrôle sur son pouvoir visiblement. J'ai parcourut la distance entre Noah et moi et me suit accroupit en face de lui. Il avait déjà fermé les yeux et semblait souffrir. J'ai mordut ma lèvre inférieure en cherchant, un peu paniqué à mon tour, un moyen de calmer le tout, de lui faire reprendre le contrôle ou juste de lui faire oublier la situation. Puis je ne sais plus trop ce qui s'est passé, mais je sais que je me suis penché et j'ai posé mes lèvres sur les siennes.

Je ne sais pas si c'était une vaine tentative de détourné l'attention ou quoique ce soit d'autre d'idiot - pour changer - mais c'était un acte finalement très agréable. Je me suis reculé et j'ai entendu un gros bruit - sûrement au moins un objet lourd tombé ou quelque chose du type -, détournant momentanément mon attention que j'ai vite refocalisé sur Noah qui semblait ... choqué. Et ce n'est que là que je me suis rendu comtpe de mon propre état. J'avais les joues en feu et la respiration courte et j'avais la désagréable impression d'avoir fait une connerie qui pourtant - me semblait-il - ne l'était pas tant que ça au fond ... Enfin, je ne sais pas trop. « Cas ? » , l'ais-je entendu formuler d'une toute petite voix. j'ai entendu un grand vacarme, ce devait être les meubles qui avaient retrouvé le sol à leur tour. Enfin, c'est ce que j'ai supposé car mon regard était encré sur la réaction de Noah qui me laissait assez perplexe. « Je ... euh ... Détourné l'attention. » , m'entendis-je répliquer. Je ne savais même pas pourquoi. J'ai passé ma main dans ma nuque, j'avais vraiment très chaud d'un coup et était vraiment mal à l'aise et je ne savais pas pourquoi. Ce n'était pas un acte si ... horrible non plus. Après tout, les gens le faisaient bien dans la rue, à la boîte à ima- ... l'écran de télévision et Red avait déjà engagé un tel acte et il n'avait pas réagit comme ça. Bon, oublier Red, elle n'avait rien à faire dans cette histoire. Mon regard est retombé sur l'endroit que mes lèvres avait touché et l'idée de recommencer m'a traversé l'esprit avant que mes fesses ne touche le sol et ne la balaye. « Tout est retombé. » , dis-je soudainement en observant un oreiller à côté de moi.

_________________
the distance between us
You take my breath away.
And yet you're all I'm breathing for.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://reaper.keuf.net
Noah M. Sullivan
avatar

messages : 161
date d'inscription : 13/04/2010
âge du personnage : 27 ans.
crédits : Desdemone.
pseudo : Desdemone.


EVERYTHING ABOUT ME.
groupe : REAPER
pouvoir : Télékinésie naissante.
address book
:

MessageSujet: Re: NOAH - ‘‘ et c'est repartit pour un tour ... ’’   Dim 30 Mai - 1:43

    Franchement, c’était .. En fait, je ne pourrais même pas vous décrire comment je vivais la situation. Déjà, je ne comprenais rien, mais en plus je ressentais un maximum de trucs, le tout bien mélangé. Mais je ne comprenais pas pourquoi il m’avait embrassé ; je veux dire, il aurait pu me frapper, me donner une claque, me secouer, passer sa main devant mes yeux, me jeter un verre d’eau à la figure .. j’en passe et des meilleures, mais pourquoi m’embrasser ? Ca me dépassait. Est-ce qu’il avait vu ça a la télé et ça l’avait inspiré ? Est-ce qu’au moins il avait conscience de ce que – en général – ça voulait dire ? Il avait comprit au moins qu’il venait de m’embrasse ou pas ? « Je ... euh ... Détourné l'attention. » j’eus un petit rire désabusé et – je devais bien l’avouer – un peu amer, avant de lâcher un « ouais, carrément, ouais. » et d’hausser les sourcils. Bordel. En fait, il ne savait pas du tout ce qu’il venait de faire, est-ce que c’était possible d’être amnésique à ce point là ? Pourtant, quand il a passé sa main sur sa nuque, j’ai clairement remarqué qu’il avait l’air mal à l’aise. Alors franchement, je ne savais pas quoi penser maintenant. Le plus dur à penser c’était .. S’il savait ce que ca voulait dire d’embrasser quelqu’un et qu’il l’avait fait quand même .. Non. Non. Franchement, non.

    N’empêche, moi aussi, j’étais foutrement mal à l’aise. Je gigotais discrètement sur place, et pinçais les lèvres en le fixant encore une fois. Je détournais rapidement le regard quand je tombais sur ses lèvres à lui. Merde. Je fermais les yeux un moment, baissant la tête, je me pinçais le haut du nez en reprenant le contrôle de mes pensées. Noah Mikaël Sullivan, tu n’as pas envie d’embrasser un mec, putain de merde. Je déteste Satan, tout ça c’est de sa faute, s’il ne m’avait pas collé Cas dans les pattes, j’en serais rester a mettre le couvert avec Red en attendant de trouver une copine digne de ce nom, je n’aurais pas été frustré et je n’en serait pas venu a aimer qu’un homme m’embrasse. Voilà, tout ça c’est de sa faute, ouais. Merde ! « Tout est retombé. » à laché Cas brusquement, me ramenant à la réalité et m’empêchant de divaguer. « Visiblement, oui. Toi compris. » ais-je lâché avec un petit sourire en coin en voyant qu’il était tombé les fesses par terre. Si ca se trouve il n’y avait pas que moi qui avait été chamboulé par ce qu’il s’était passé.

    C’est là que j’ai vu qu’il regardé l’oreiller qui flottait pas loin de ma tête quelques instants auparavant, ce qui m’a fait pensé a .. Je tournais la tête brusquement avant de lâché un hurlement d’effrois. « Ma télé ! » m’exclamais-je avec un air horrifié. Je me suis levé d’un bon pour aller constater qu’elle était en morceau. « Ma télé. » lâchais-je, complètement désespéré. Je me suis trainé jusqu’au canapé où je me suis littéralement effondré. « Fais chier, j’en ai marre. Je vais tuer Lucifer. » Oui parce que, tout ça, c’est de sa faute, entièrement en complètement sa faute. Bordel de merde. Et puis, comme s’il avait entendu que j’avais prononcé son prénom, il est apparu, avec un grand sourire sur son visage. « Alors, vous les avez ? » a-t-il demandé. Je l’ai fusillé du regard, trop en colère pour répondre. « Ouuh, Noah, tu devrais essayer de faire le ménage un jour ! » j’ai eu un sourire mauvais, le fusillant encore une fois du regard, je n’ai pas manqué de lui faire remarquer que c’était de sa faute. « C’est pas de ma faute si tu contrôle pas tes émotions, chéri. Bon, et ce vaisseau, alors ? » Je jeté un coup d’oeuil à Cas, j’ai suivit son regard et je l’ai montré du doigt au Boss. « faites comme chez vous. »

FIN .
Bon c'est court mais j'avais envie de m'arrêter sur ce post de 666 mots xD

_________________

NO TIME FOR HESITATION.It's a war, It's a game. Don't fight it, or deny it, invite it cause when it ..Feels like a kick in the teeth, I can take it. Say what you want, take your shots. You're setting me free with one more kick in the teeth.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: NOAH - ‘‘ et c'est repartit pour un tour ... ’’   

Revenir en haut Aller en bas
 

NOAH - ‘‘ et c'est repartit pour un tour ... ’’

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: GRIFFITH. :: Griffith detente :: MERRIDWEN AVENUE. :: N°1313, LOFT-