AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 You're a waste. _ &Liam.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Oz J. Smith
avatar

messages : 58
date d'inscription : 06/03/2010
âge du personnage : 20 ans.
crédits : Desdemone.
pseudo : Desdemone.


EVERYTHING ABOUT ME.
groupe : SHADOW
pouvoir : Insensibilité à la douleur.
address book
:

MessageSujet: You're a waste. _ &Liam.   Sam 17 Avr - 22:06

You're a waste.

(c) ery-90 & adharablond @ LJ.

    Rien de tel qu’une bonne chasse pour commencer la soirée. Ou pas. « Tu viens boire un verre ? » pleine d’espoir, j’utilisais le prétexte de notre magnifique et fructueuse chasse à l’âme pour inviter Devon. Je n’en avais pas l’air, mais tout de même, je venais de prendre mon courage à deux mains, là. « Non, faut que j’aille bosser. » J’aurais du m’en douter, il a toujours un truc a faire. N’empêche que ce non catégorique me donner légèrement des envies de meurtres. « Mais si tu viens pas je pourrais pas boire. » Grommelais-je. C’était une fausse excuse mais tant pis, on s’en fout, c’était tout de même la vérité. Le pire dans tout ça c’est que j’avais 28 ans réellement, dont huit années que j’avais passés en enfer – soit environs 960 années humaines, mais je suis pas douée en maths alors c’est un calcul plutôt approximatif – , et malgré tout, je ne pouvais même pas boire une bière dans un bar parce que j’étais morte à 20 ans et pas 21. Si c’était pas injuste, ça. Satan aurait pu rajouter une année sur ma carte d’identité, ca ne l’aurait pas tué. « Ca te feras pas de mal de pas boire. » A-t-il grommelé. Je fronçais les sourcils. « Je te signale que je suis morte, alors merde. » Sous-entendu : après un petit séjour en enfer, t’as bien le droit de te torcher à la bière de temps en temps. Lui tournant le dos, j’ai décidé d’aller boire, et tant pis si je ne devais boire que du coca. Mais quand même, j’aurais bien aimé y aller avec lui. Oh et puis merde, qu’il aille se cramer dans ses feux, ca lui donnera un avant-goût de ce qui l’attend à ce rabat-joie. Accompagnée d’un soupire exaspéré, j’ai marché jusqu’au bar – faudrait que je songe à me payer une voiture un de ces jours – et au vue du nombre de personnes qui s’y trouvaient, je pouvais avancer sans me tromper que la majorité de la population jeune de Griffith s’y trouvait. Et même les moins jeunes, en fait. Je me suis frayé un chemin entre les tables et les gens pour aller jusqu’au bar, et là, brusquement, j’ai été partagée entre l’envie de faire demi-tour et de rentrer chez moi, et l’envie d’aller emmerder le type installé au bar. Non, non, je n’étais pas une chieuse au point d’aller emmerder un inconnu total. Ce type-là était loin, très loin de m’être inconnu. Liam. La vraie question était, est-ce que j’avais vraiment envie de m’en prendre plein la tronche pour pas un rond ?

    Visiblement, oui, puisque je me suis dirigée d’un pas décidé vers le bar. Je me suis hissé sur le siège à côté du sien, et je dis hisser puisque, bien sûr, en plus d’être d’apparence jeune, je ne suis vraiment pas très grande. Et comme je m’y attendais, Liam – monsieur je pense surtout a moi et je vous emmerde – ne m’a pas du tout prêté attention. Le barman, lui, m’a remarquée puisque d’un air mi-blasé mi-stressé – à cause du monde, sans doute – , il s’est ramené pour me demander ce que je voulais. Enfer et damnation. Je me suis redressée, histoire d’essayer de paraître plus vieille – mission impossible puisqu’on me donnait à peine mes vingt ans – et j’ai regretté de n’être ni maquillée, ni habillée de manière plus.. Mature dirons nous. En gros, bordel de jeans-converse-marcel noir, j’aurais du mettre une jupe un décolleté et des talons. « Vous prenez quoi ? » a demandé le type d’un air qui disait clairement « ca me fait chier de bosser ici ». Je me suis munie de mon sourire le plus éclatant « Une bière s’il vous plaît. » Il a pas changé d’expression, je l’ai vu commencer a partir, j’ai cru avoir réussit, mais il s’est retourné, m’a fixé un instant d’un air sérieux et il est revenu. Eh merde. « Je peux voir votre carte d’identité ? » J’ai soupiré, j’ai sorti mon porte feuille et, désespérée, je la lui ait donné. « Vous êtes encore mineure. » a-t-il déclaré, ce foutant pas mal de me coller la honte de ma vie. J’ai retenu un air exaspéré, j’ai fait de mon mieux pour rester calme, et j’ai dit « j’ai vingt ans, un an c’est pas la mer à boire. » Sauf que ce brave type avait totalement décidé de faire chier son monde, et quand il me l’a rendue, il à dit – sans la moindre discrétion – que je n’étais quand même pas mineure et que, de ce fait, il ne pouvait pas me servir d’alcool. J’ai lâché un soupire exaspéré. « Un coca, alors. » Il m’a lâché un sourire affable et m’a servie. Il avait l’air tellement satisfait de lui-même que je me demandais si c’était pas un pote à Liam. Je ne lui ait même pas dit merci, trop agacée, quand un verre rempli de glaçon et un coca sont arrivés devant moi. Le pire ? Que ca me soit arrivée devant Liam qui avait évidemment tout entendu et qui allait sûrement s’en donner à cœur joie. « Ben vas-y, ris, t’attends que ça. » grommelais-je à son intention avant de boire une gorgée rageuse de mon soda.

_________________

    SOUR GIRL. This is like a movie I know I'm gonna scream. All the pain that I feel makes me feel mean. You don't look so tough. Oh I been around.On the planet sorrow, there is no tommorrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liam S. Jagger
avatar

messages : 34
date d'inscription : 14/04/2010
âge du personnage : 25 ans d'apparence 34 en réalité
crédits : Jackspirit
pseudo : Jackspirit


EVERYTHING ABOUT ME.
groupe : SHADOW
pouvoir : animorphe
address book
:

MessageSujet: Re: You're a waste. _ &Liam.   Lun 19 Avr - 0:04


ery_90 & graphixed_art

Saloperie de vieille ! Son pied appuya fortement sur la pédale de frein. Le moteur houspilla par un bruit sourd tandis que la voiture freinait tant bien que mal avant de piler net à quelques centimètres d'une vieille dame. Le moteur reprit un son normal, la firebird s'était immobilisée juste à temps. Liam râla derechef Mais grouille toi l'ancêtre ! il frappa le volant tout en observant cette vieille dame qui traversait tant bien que mal. Lorsqu'enfin elle eut dépassé la voiture du jeune homme elle s'arrêta net. L'homme passa en première retira le frein à main et se prépara à repartir lorsque. Nan mais elle se fout de ma gueule ou quoi ? La mémé venait de faire un demi-tour (plutôt rapide d'ailleurs vu son âge) et repartait sur ses pas, avec la même lenteur. Liam fulminait, il inspira profondément ce n'est qu'une mémé, ce n'est qu'une mémé se répétait-il dans sa tête. Et lorsqu'enfin il se calmait l'autre à la moitié du chemin et avant même de dégager le passage à notre ami, elle s'arrêta de nouveau. L'autre grommela et alors qu'elle nous refaisait un demi-tour (plus lent cette fois) il frappa le milieu du volant. Le klaxon sonna et la mémé fit un bond. Un peu plus et il tuait une mémé d'une crise cardiaque à cause d'un tempérament trop impulsif et d'un manque total de respect et de patience. Il ouvrit la vitre du côté conducteur et passa légèrement la tête, ses cheveux désordonnés et ses lunettes noires sur le nez. Bon tu vas t'bouger la rombière ! La vieille, qui se remettait de ses émotions, croisa les lunettes noires du jeune et même si elle n'y voyait pas son regard elle le foudroya avant de relever presque le menton de fierté et d'enfin traverser la route. Un air ahuri pouvait se lire sur le visage du jeune homme. Une mémé venait de le foudroyer du regard et le pire dans tout ça c'est que ce regard accusateur pointait Liam du doigt comme étant le responsable de tout ce cirque. Il secoua la tête, il y a des jours comme ça, remonta la vitre et refit rugir le moteur.

Il arriva au Blue Bar sans aucun autre arrêt manifeste, du moins aucun autre arrêt concernant une mémé ou tout autre piéton qui avait pu lui être nuisible. L'homme gara sa voiture sur le parking déjà occupé par bon nombre de voitures de jeunes. Si l'un d'eux touchait à a sienne, il ferait un malheur. Claquant la portière avant de fermer l'auto noire, il retira ses lunettes noires avant d'entrer dans le bar. Comme il l'avait imaginé il y avait pas mal de jeunes à l'intérieur, certains vivaient leurs premières cuites alors que d'autres s'étaient donnés rendez-vous là en "bande". Le monde des vivants est sacrément mortel. Ses doigts glissèrent dans ses cheveux tandis qu'il s'approchait du bar. Y a pas, vivant ou pas après une bonne journée de boulot il lui fallait sa bière. Il s'installa sur l'un des tabourets et annonça Patron une demi ! Au même moment le barman se retourna. Et là sur ce visage fatigué et aussi livide et translucide que celui d'un mort, un regard noir se posa sur lui. Un regard qui en disait long, car ça se voyait bien que le bougre n'était pas tout clinquant de gaieté. Ce regard il disait "Va te faire foutre" ou quelque chose du genre, bien que le "Casse toi comme ça j'aurais fini m'a journée" était tout autant plausible. Mais Liam ne releva pas, cet homme prenait la tête qu'il désirait avec ses clients, il préférait peut-être même ça à un barman trop bavard et curieux qui viendrait lui faire causette pendant qu'il se bourrerait la gueule pour ne plus l'entendre bavasser. Cela n'empêcha pas le barman de lui servir sa demi, comme convenu, sans un seul sourire ni aucune parole. Merci seigneur.

Un jeune homme, qui avait visiblement déjà un bon coup dans l'nez, accosta Liam alors qu'il buvait son précieux breuvage. Il lui beugla dans l'nez. HEY ! Bière, ruhm, vodka, pardon vodka orange. Liam fronça le nez. Il déposa sa bière sur le comptoir et posa son regard sur le jeune ivre mort. T'aurais pas une clope ou deux ? Hoquet vaseux. Allez s'teupl... OH ! Air ahuris sur le visage, main qui se pose sur l'épaule de Liam. Regard de Liam qui se durcit, poing qui démange,. C'est quoi ça ? Il retira sa main de l'épaule de Jagger tout en pointant du doigt le jukebox. L'australien répondit tout en râlant. Un lave-vaisselle ça se voit non ? Et le jeune totalement bourré souria d'un air ravi avant de tituber vers le jukebox tout en s'extasiant devant comme un con. Liam lâcha un soupir avant de reprendre sa bière et d'en reboire une gorgée. Monsieur sourire faisait toujours son service l''air morose, ce même air éclaircissement presque rien qu'à la voix lorsqu'une client entra. Du moins une cliente. Il l'avait vu rentrer, mais s'était contenté de boire sa bière sans rien dire. Car même s'il n'avait pas bougé, il avait bien évidemment reconnu cette jeune femme, il termina sa bière d'une gorgée et tout en reposant le verre demanda la même chose au patron.

Cette jeune femme c'était Oz. Oui curieux comme prénom, mais Liam n'y avait jamais fait réellement attention, d'ailleurs il avait même cherché après son prénom, l'ayant surement oublié dans un coin sombre de sa mémoire. Vous prenez quoi ? Oh mon dieu ! Le barman savait parler, c'était inouï. Il semblait alors s'être presque réveillé lorsqu'elle était venue s'installer au bar. Était-ce le fait que ce soit un client du sexe opposé ce qui aurait réveillé les hormones de monsieur sourire ? Ou était-ce cet air visiblement jeune et donc non majeur de la jeune femme qui avait déclenché en lui l'alarme anti-mineurs ? Dieu seul saura. Liam but sa bière, le jeune bourré lâcha le jukebox pour se vautrer dans les pattes d'une blondinette. Le bruit du bar semblait se confondre dans les bruits alentours. Il n'y prêtais pas vraiment attention. Je peux voir votre carte d’identité ? Retour à la réalité. Lorsqu'il entendit le mot carte d'identité, il y eut comme un déclic. Carte d'identité, Oz. Oz, carte d'identité. Mineure, pas d'alcool. Pas d'alcool, pas de bière. Liam esquissa un sourire en coin, visiblement amusé par la scène qu'il ne suivait que brièvement. Ben vas-y, ris, t’attends que ça. L'homme but sa gorgée de bière, posa son verre et tourna son attention sur sa voisine. Il haussa un sourcil ce qui fit plisser son front avec charme. Et avec un sourire à moitié caché, Voyons Oz je me foutrais jamais de la gueule d'une pauvre enfant comme toi ! Sourire acerbe. Il avait surement, bien que légèrement, insisté sur le mot "enfant" en rapport avec son âge qui indiquait clairement vingt-ans, alors que lui savait pertinemment qu'elle en avait bien plus. Il but une nouvelle gorgée de sa bière. Me regarde pas comme ça, j'y suis pour rien moi si t'es morte avant de pouvoir te bourrer la gueule dans les bars ! Avait-il lancé, sans même la regarder, conscient du regard sombre qu'elle avait du poser sur lui. Il ne put s'empêcher d'ajouter. Mais ne croit pas que je trouve ça drôle ! Au contraire je paierais chère pour te voir bourrée, je suis sûre que tu serais bien moins coincée qu'en temps normal ! Nouveau sourire en coin, nouvelle gorgée.


Dernière édition par Liam S. Jagger le Jeu 22 Avr - 23:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oz J. Smith
avatar

messages : 58
date d'inscription : 06/03/2010
âge du personnage : 20 ans.
crédits : Desdemone.
pseudo : Desdemone.


EVERYTHING ABOUT ME.
groupe : SHADOW
pouvoir : Insensibilité à la douleur.
address book
:

MessageSujet: Re: You're a waste. _ &Liam.   Mar 20 Avr - 3:18


(c) translucides & ery_90 @ LJ;

    Ah, sacré Liam. Un mètre quatre-vingt de connerie pure. Enfin presque, il était clair que l’égoïsme et la méchanceté occupaient une grande, grande, que dis-je ? Enorme place. Bon, heureusement pour lui, il avait une belle gueule, ça rattrapait un peu les choses. Pauvre homme, s’il n’avait pas ce minimum – je dis minimum, parce que des tas de type en avaient plus que lui – de charme, il serait .. Pas grand chose ; juste un connard de plus sur cette planète, un peu comme notre ami barman alias monseigneur « plus chiant que moi tu meurs », quoi. Comme si je n’avais pas vu a quel point aussi bien le dit gai luron et Liam avaient été amusés quant au fait que je n’avais que vingt ans sur les papiers. La prochaine fois, je force Devon a venir, même si je dois moi-même voler l’âme du Reaper, et tant pis si pour ça je dois botter ses jolies fesses et celles de sa fierté masculine. La prochaine fois, je force Devon a venir, même si je dois moi-même voler l’âme du Reaper, et tant pis si je botte ses jolies fesses et celles de sa fierté masculine. « Voyons Oz je me foutrais jamais de la gueule d'une pauvre enfant comme toi ! » J’ai eu un sourire en coin, légèrement mauvais certes, mais un sourire restait un sourire, et c’était un bel effort quand je sentais que si je ne le retenait pas, mon poing se serait crashé sans ménagement sur son joli petit nez. « Toi ? Jamais, comment ai-je pu croire ça une seconde ? ! » me suis-je exclamée, le ton bien trop calme trop calme pour être crédible, surtout venant de moi. N’empêche, lui faire ravaler son petit sourire, ca m’aurait vachement fait plaisir. Mais restons calme. Ce qui n’était pas vraiment difficile ; pour ça, il suffisait que je me rappelle comment avait fini notre dernière bagarre, calme assuré. Dans la mesure du possible, bien sûr. Je n’étais pas d’une patience extrême. « Me regarde pas comme ça, j'y suis pour rien moi si t'es morte avant de pouvoir te bourrer la gueule dans les bars ! » C’est seulement à ce moment que je remarquais que je le fusillais du regard depuis qu’il avait commencé à parler. Whoops. Je pinçais les lèvres, me retenant tant bien que mal de me mettre à l’insulter de toutes les insultes que je connaissais, et j’en connaissais, de la plus classique à la plus saugrenue. J’avais parfois une imagination débordante. En plus, je n’étais pas morte comme ça pouf, non, j’avais été assassinée, par un démon en plus. Un peu de respect pour mon moi d’avant, non mais oh !

    « Mais ne croit pas que je trouve ça drôle ! Au contraire je paierais chère pour te voir bourrée, je suis sûre que tu serais bien moins coincée qu'en temps normal ! » Sur ce coup, je n’ai pas pu retenir, ni mon étonnement, ni mon exclamation indignée. « Moi ? Coincée ? Tu te fous de ma gueule ? ! » Oui bon, d’accord. J’avoue que je ne suis pas la dépravée de l’année, mais je n’ai rien de la sainte nitouche type, tout de même. Enfin je veux dire, quand même, je ne connais pas beaucoup de filles coincées qui vendraient leurs âmes au diable, qui coucheraient avec un démon – sous forme humaine le démon sinon bonjour l’horreur ; beurk – et qui en plus se taperaient un mec insupportable après s’être battue avec. D’ailleurs, est-ce qu’une nana coincée se bat ? Je suis pas contre avouer qu’il fut un temps j’étais plus que coincée mais après avoir été en enfer, sérieux ? Pfeuh, tout ça c’était juste pour que je m’énerve. Et le pire, en fait, c’est que ça marchait. Connard. Et en plus il continuait de me narguer en alternant sourire/bière, bière/sourire. « En plus, si tu as tellement envie de me voir complètement bourrée.. » Je marquais une pause, le temps de m’approcher de lui, me penchant de façon a ce que le barman rabat-joie-empêcheur-de-tourner-en-rond ne m’entende pas. « Dans ce cas, t’as qu’a juste commander une bière pour moi, et voilà. » J’ai repris ma place initiale et adressant mon plus beau sourire – si, si, c’était possible – à Liam j’ai lâché « Promis, je ne tiens pas du tout l’alcool. » Bon, bien sûr, c’était un mensonge, mais ça il n’avait aucun moyen de le savoir. Et puis bon, dans Forest Gump, il dit bien qu’un petit mensonge n’a jamais fait de mal à personne, et puis faire du mal à Liam est-ce que c’était bien grave ? Pas vraiment, hein ? Et puis en plus, une fois qu’on a été en enfer, une fois qu’on a tué des gens, et une fois qu’on a renvoyé des âmes en enfer, franchement, un mensonge pour avoir une bière alors qu’en plus on a le droit d’en avoir une, c’était pas vraiment, vraiment, grave, si ? Oh et puis merde. Du moment que ça marchait. Et comme pour le forcer à commander une autre bière, dès que le barman à tourné le dos, j’ai attrapé la demie de Liam et je l’ai fini cul sec. « Oups. » Grand sourire innocent, j’ai poussé mon verre de coca vers lui. « On échange ? » Un peu tard pour demander, en effet, mais bon, face à mon sourire plein d’innocence hein.

    Et c’est là que j’ai remarqué une petite brune – ouais, enfin, pas plus petite que moi, quoi – qui reluquait ostensiblement ce brave Liam. Oh non, dîtes moi que je rêve, qu’est ce qu’elles lui trouvaient toutes ? D’accord, il n’était pas franchement le type même du laideron, mais merde, c’était pas un top modèle plein de charme et de charisme tout de même. C’était juste un mec. Mort en plus. Vous pigez ? Mort ? Dans le genre top modèle avec du charme et du charisme, il y avait Devon. Ca c’était un mec qui méritait qu’on se retourne sur son passage. Et en plus il était vivant, lui. Mais Liam. Franchement. Dans le doute – y’a que les idiots qui ne changent pas d’avis – je détaillais Liam, un air concentré peint sur le visage. Bon, d’accord. Il était pas mal. Je l’admets – enfin, dans ma tête, pas en vrai – mais bon. Tout de même. Je détournais le regard. Et puis la brunette s’est levée. Ah tiens. Tentative d’abordage ? Et là, une idée machiavéliquement maléfique et maléfiquement machiavélique s’est formée dans un coin de ma tête, et je me suis retrouvée à envoyer des ondes mentale a la nana pour qu’elle vienne draguer Liam. Que je puisse.. Bien lui casser son coup. J’ai un sourire en coin. La brune s’est rapprochée, lentement mais sûrement et au moment où elle est arrivée, hop, comme de par hasard, ma main s’est posée sur la cuisse de Liam, et je l’ai regardé avec un air amoureux – j’étais bonne comédienne quand la situation l’exigeait – et je me suis rapprochée de lui, imitant parfaitement la petite amie possessive, j’ai fusillé la fille du regard – un regard signifiant ‘ cherche pas, y’a pas moyen’ – , et bien sûr, elle a mal comprit. Enfin non, elle a bien comprit puisqu’elle n’a pas marché mais couru. Crétine. Elle a lâché un « han » surprit et dédaigneux, et moi je me suis mise a rire. Elle a fait demi tour et au lieu de retourner a sa place, elle est carrément partie. Ohlala, je l’avais vraiment froissée ! J’ai lâché complètement Liam et je m’en suis écartée brusquement. A nouveau grand sourire innocent, bien qu’extrêmement amusé. « Oh.. Oups. Quel malentendu. » Lâchais-je. Ca t’apprendra a te foutre de ma gueule.

_________________

    SOUR GIRL. This is like a movie I know I'm gonna scream. All the pain that I feel makes me feel mean. You don't look so tough. Oh I been around.On the planet sorrow, there is no tommorrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liam S. Jagger
avatar

messages : 34
date d'inscription : 14/04/2010
âge du personnage : 25 ans d'apparence 34 en réalité
crédits : Jackspirit
pseudo : Jackspirit


EVERYTHING ABOUT ME.
groupe : SHADOW
pouvoir : animorphe
address book
:

MessageSujet: Re: You're a waste. _ &Liam.   Ven 23 Avr - 1:11


jackspirit & LJ

Moi ? Coincée ? Tu te fous de ma gueule ?! Il manqua de s'étrangler avec sa bière. Je me fous toujours de ta gueule, c'est pas une première ! Il eut un nouveau sourire. La voilà qu'elle s'énervait déjà, elle était presque plus impulsive que lui de ce côté, il pouvait l'admettre. Bien qu'il savait où appuyer pour la faire sortir de ses gonds, un "don" presque inné chez lui. Il était facile de se foutre de la gueule des autres et de les énerver quand on savait appuyer là où ça fait mal. Et puis il pouvait se l'avouer, énerver cette petite tête brune le divertissait. Pourtant lui qui n'est pas franchement du genre à faire causette pendant des heures, si c'était se foutre de la gueule de Oz ou l'énerver pendant des heures, il adhérait. Un grand con ? Malheureusement oui. En plus, si tu as tellement envie de me voir complètement bourrée. Il portait son verre à sa bouche lorsqu'elle se rapprocha. Il haussa un sourcil. Dans ce cas, t’as qu’a juste commander une bière pour moi, et voilà. Bah oui c'est vrai ça ducon t'y avais pas pensé ! Voyons user de la facilité des choses n'était pas franchement le Liam que nous connaissons. Promis, je ne tiens pas du tout l’alcool. Avait-elle dit angéliquement comme une gamine de dix ans l'aurait fait en croisant les doigts derrière son dos pour annuler la promesse. Il souria. Pour te voir gerber tripes et boyaux au risque de me couper l'appétit ? Non merci ! Il porta enfin le verre à ses lèvres et but une nouvelle gorgée, il eut à peine le temps de reposer sa demi sur le comptoir que la jeune femme s'en emparait.

Liam observa le barman qui, le dos tourné, semblait s'affairer à laver ou essuyer ou cracher dans ses verres. Ne prêtant alors aucune attention à la mineure installée à côté de Jagger qui allait, oh mon dieu, défier les lois. Elle but d'une traite le reste de son verre sous le regard neutre du Shadow. Oups. Accompagné du sourire angélique et tout innocent qu'il puisse être de la jeune Oz. Liam suivit du regard le verre de coca glisser vers lui, il grommela silencieusement. On échange ? Comme un gamin face à une assiette remplie de légumes verts et étranges, il repoussa le verre de coca avec une légère grimace. Tu dois oublier que j'ai passé l'âge de boire ça, moi ! Tout en insistant particulièrement sur le "moi". Il se redressa sur son tabouret, assez pour pouvoir passer une main dans l'une de ses poches arrière de jean. Il sortit son paquet de cigarettes, abimé voir écrasé, et le tapota sur le comptoir tout en se rasseyant convenablement. Il en avait oublié sa voisine qui, de toute manière, semblait s'être trouvée une occupation. Il frappa une dernière fois le paquet et une clope dépassa plus que les autres, sans lâcher le paquet il apporta à sa bouche ladite clope. La gardant entre ses lèvres il n'eut pas le temps de l'allumer que Oz entamait le deuxième round.

Il fut tout d'abord surprit, avouons que ce n'était pas le genre de Smith de se rapprocher de la sorte. Surtout qu'il ne rêvait pas, elle venait belle et bien de poser sa main sur sa cuisse. Jagger était en train d'approcher la flamme de son briquet de sa cigarette au moment même de ce fameux rapprochement douteux. Il resta ainsi la flamme virevoltant sans pour autant allumer la clope, un sourcil haussé et le regard planté sur cette main. Sans même voir la brune qui s'était approchée dans le but d'aborder et de -on peut l'avouer- draguer notre ami antipathique, il avait levé le regard sur Oz qui le regardait amoureusement. Il ne dit rien, n'ayant qu'un regard étonné des plus expressif qui signifiait clairement à un "Bah qu'est-ce tu fous ?". Et c'est à ce moment là que Liam avait remarqué la brunette et sa plastique parfaite, les deux filles se foudroyant presque du regard. Un regard presque aussi électrique que celui de la vieille qu'il avait manqué de renverser quelques instants plus tôt. La nana, vexée (de quoi Liam ne saurait vous dire, vexée de s'être fait rembarrer par une gamine ou vexée de voir que le mâle était déjà prit, ou qu'il l'avait jusqu'ici ignoré ? Allez savoir) tourna des talons et sortit comme une furie. Sans se torde une cheville à cause de ses talons, et en tournant du cul quand même. Ce qui signifiait autrement dit à un exploit.

Oh.. Oups. Quel malentendu. Tout aussi mielleusement et niaisement que les autres fois. Le paquet de cigarette se retrouva broyé lorsque Liam serra le poing. Qu'elle se foute de sa gueule, qu'elle lui pique sa bière, passe encore. Mais qu'elle joue les petites amies jalouses pour que monsieur ne tire pas son coup ce soir, non. Son regard changea, non seulement ses prunelles s'assombrirent (signe de mauvaise humeur) mais il devint plus froid qu'à l'accoutumé. Il voulait bien rire, mais il avait ses limites. Il rangea son paquet de cigarette aplatit, alluma sa cigarette et prit une taffe comme un type trop violent prendrait un calmant. On ne fume pas ici, c'est la loi ! Le barman avait apparut comme par enchantement face à nos deux lurons. Comme s'il avait reniflé l'odeur de la cigarette et que tel un chien de chasse toujours à l'affut il avait attendu pour bondir sur sa proie. Un étrange personnage ce barman. Il avait évidemment dit tout ceci, d'une grosse voix et sans un sourire. Un grondement, semblable à un feulement de félin, résonna sous le torse de Jagger. Ta loi, tu te la carres où je pense ! Le regard noir de Liam fixait le barman. Monsieur sourire ne releva pas et bougon (pour changer) repartit servir ses clients en râlant. Sans un sourire le Shadow posa son regard sur Oz. Et toi recommences jamais ça, ou la prochaine fois ton coca crois moi que t'en chieras après l'avoir bu ! Le tout dit, la cigarette entre les lèvres, il reprit une taffe, ses prunelles semblèrent s'éclaircirent et il reprit sur un ton semblable à celui qui rythmait leur début de conversation. Je ne te savais pas aussi hasardeuse ! Ou me cacherais tu une certaine jalousie ? Léger, très léger sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oz J. Smith
avatar

messages : 58
date d'inscription : 06/03/2010
âge du personnage : 20 ans.
crédits : Desdemone.
pseudo : Desdemone.


EVERYTHING ABOUT ME.
groupe : SHADOW
pouvoir : Insensibilité à la douleur.
address book
:

MessageSujet: Re: You're a waste. _ &Liam.   Sam 24 Avr - 16:22


[(c) ng_x & onlyalive8 @ LJ.

    Bon, mon plan diabolique pour avoir une bière n’avait pas marché, mais genre pas du tout, puisqu’il m’avait sorti « Pour te voir gerber tripes et boyaux au risque de me couper l'appétit ? Non merci ! » Mouais. Autant dire que c’était loupé. Donc, je lui avait piqué la sienne, de bière, comme ça, pas de – vrais – problèmes. Au moins, on aurait pu plus ou moins la même quantité de bière. Disons que c’était déjà ça. Je le savais de très mauvais caractère, et je le savais aussi plutôt colérique et impulsif, c’est pour ça que je me suis retrouvée un peu étonnée qu’il réagisse aussi calmement et qu’il se contente de me lâche qu’il était trop vieux pour voire du coca. J’avais bien remarqué qu’il insistait sur le « moi ». Tout ce que je me suis contenté de faire .. C’est sourire et fomenté ma vengeance. Lui casser son coup était vraiment un plan diabolique, Satan aurait été fier de moi, je crois. Le plus drôle, en dehors de lui donner un statut de moine pour la nuit, c’était la tête qu’il avait fait quand je m’étais brusquement collée à lui. L’expression d’incompréhension totale sur son visage ; délectable. Ouais, c’était le mot. Mais le mieux, c’est sa colère après, quand il a tout comprit, et quand il capté que la nana était ce qu’on pouvait appeler une bombe. Un large sourire aux lèvres, je l’ai observé broyer littéralement son paquet de clopes – gâchis, gâchis – je n’en manquais pas une miette. Plan diabolique n°2 : Ca a fonctionné. Il avait l’air presque fou de rage. Et comme il ne pouvait pas me blesser ni me faire de mal, j’observais tout ça en spectatrice, c’était limite si je me sentais totalement étrangère à la scène. Ouais parce qu’il pouvait toujours me frapper de colère, ca ne servirait à rien. Juste a le faire passer pour un taré frappeur de femme, ce qui, en général, ne plaît à personne. « On ne fume pas ici, c'est la loi ! » avait lâché le barman sorti de nulle part après que Liam se soit allumé une clope – un mort qui fume pour se calmer, c’était plutôt marrant comme situation, non ? – j’ai grimacé, m’imaginant déjà le grognon mais pourtant sympathique – juste un peu parce qu’il faisait autant chier Liam que moi – type se retrouver la tête dans ses bouteilles. Et Liam qui s’est mit à feuler comme une bête. Soupire exaspéré pour moi : balade toi avec une pancarte ‘ je me change en bestioles’ tant que t’y es crétin. « Ta loi, tu te la carres où je pense ! » Très fin, très fin. J’haussais un sourcil. Pourquoi n’y avais-je pas pensé avant, pour avoir ma bière ? Ah oui, c’est vrai, j’étais civilisée, MOI. En tout cas, la méthode cromagnon avait marché puisque monsieur Aimable s’est barré sans demandé son reste. Sérieux ? Donc les femmes désirent Liam et les mecs l’évitent parce qu’ils ont la trouille ? C’était une blague, c’est ça ? Les humains sont bizarres.

    « Et toi recommences jamais ça, ou la prochaine fois ton coca crois moi que t'en chieras après l'avoir bu ! » m’a-t-il lâché froidement. Hum. Si son attention était de me faire peur, de me menacer ou de m’intimider de quelque manière que ce soit. C’était raté. Au contraire, ca ne m’a donné envie que de le faire encore plus chier. J’avais vécu dans un enfer terrestre, et après j’avais été dans le vrai enfer, alors c’était pas Liam qui allait me faire peur. Des monstres, j’en avait connu, alors franchement ce n’était pas lui qui allait me faire peur. Qu’est ce qu’il allait faire, me tuer ? La bonne affaire. Je l’ai regardé droit dans les yeux, ne me laissant pas démonter par son regard noir, et un sourire s’est vissé sur mon visage – sourire qui n’avait plus rien d’innocent cela dit – puis j’ai lâché un « rawr ! » moqueur accompagné du geste qui allait avec. « C’est qu’il mordrait ! » m’exclamais-je, petit sourire au lèvre. « Allons. C’est quoi cette réaction, monsieur le diabolique barbier de Fleet Street, hum ? Ne me dis pas que t’es frustré a ce point là ! » Avais-je lâché sans la moindre discrétion. Heureusement pour lui, a la rigueur les seuls personnes a avoir entendu étaient les poivrots couchés littéralement sur le bar et Monseigneur Sourire le Barman heureux de l’être. Il a sembler se calmer – donc ça marchait ce truc de la cigarette ? – et a repris la conversation d’un ton déjà plus serein. « Je ne te savais pas aussi hasardeuse ! Ou me cacherais tu une certaine jalousie ? » Ma réponse a fusé du tac au tac, accompagnée d’un large sourire sarcastique. « Rêves pas. » J’ai marqué une courte pause. Le temps d’une réflexion intensive. « En fait, non. » J’ai laissé un long blanc s’installer, sans doute pour qu’il se fasse une fausse joie ou une fausse frayeurs et j’ai terminé par « Même pas en rêve, serait plus exact. »

    J’ai brusquement repris mon sérieux. Mon côté Shadow professionnel, expérimenté et qui aime – non, adore – son boulot ressortant brusquement, je tirais sur sa manche, le forçant a se pencher vers moi aussi bien que je me penchais vers lui. « Au fait, Winnie » Blague facile avec son prenom Sweeney aux sonorités similaires « tu ferais mieux de garder tes .. Instincts bestiaux pour toi. Tu sais un mec qui fait des bruits de fauves parce qu’on le contrarie c’est .. louche. » Je l’ai lâché, me remettant toute droite sur mon siège. Attendez, avant de me regarder comme si j’étais un bourreau de travail : passez une semaine avec Lucifer pour voir, surtout au moment où tout un tas d’âme s’échappe parce que les gardiens sont trop cons pour les retenir. « Le prend pas mal. » ai-je lâché, étrangement sérieuse et .. douce ? « Ca me ferais juste chier que Lulu te défonce la gueule parce que t’es pas capable de contrôler tes émotions. » Attendez, c’était moi qui venait de parler ? De tenter de rassurer Liam sur mes intentions et sur ce que je voulais dire ? Et en plus de lui dire que ca me ferais chier qu’il se fasse passer un savon par le boss ? Wow ; qu’est ce qu’il y avait quoi dans la bière ? Bon, je ne l’avais pas dit trop fort, avec un peu de chance il ne m’avait pas entendue. Ouais mais bon la chance c’était pas vraiment mon truc. Au pire s’il faisait une remarque, j’aurais qu’a dire que je préférerais moi lui défoncer la tronche a coup de batte de basebal plutôt que Lucifer et voilà. Je me passais la main dans les cheveux, préférant retourner dans le badin et sans intérêt, j’ai tourné la tête vers lui, un petit sourire en coin. « Bon, alors, tu la commande cette bière ? »

_________________

    SOUR GIRL. This is like a movie I know I'm gonna scream. All the pain that I feel makes me feel mean. You don't look so tough. Oh I been around.On the planet sorrow, there is no tommorrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: You're a waste. _ &Liam.   

Revenir en haut Aller en bas
 

You're a waste. _ &Liam.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: GRIFFITH. :: Griffith detente :: THE BLUE BAR-